/sports/soccer
Navigation

Une Québécoise sur les terrains de soccer français

Arielle Roy-Petitclerc joue pour la formation d’Albi

arielle roy-petitclerc
Photo courtoisie Arielle Roy-Petitclerc se plaît à Albi, en première division française.

Coup d'oeil sur cet article

Première joueuse de la région de Québec à évoluer en première division française, Arielle Roy-Petitclerc apprécié pleinement son expérience avec la formation d’Albi.

«J’aime pas mal ça, a raconté l’ancienne milieu de terrain du Rouge et Or de l’Université Laval dont le congé à Québec pour la période des Fêtes a été prolongée en raison d’un problème de visa. En raison de la présence de joueuses internationales, la vitesse est pas mal plus élevée que dans le réseau universitaire et le calibre est ainsi plus fort. Toutes les filles sont bonnes et chaque match est important. Tu dois vraiment aimer ça, car nous sommes sur le terrain huit fois par semaine. J’écoute ce que l’entraîneur dit et je l’applique. Ça facilite les choses. J’ai été partante pratiquement toutes les parties.»

Joueuse par excellence au pays tous sports confondus l’an dernier dans le réseau universitaire, Roy-Petitclerc n’avait pas caché qu’elle souhaitait vivre l’expérience européenne.

«J’ai toujours voulu aller en France et la présence de mon amie Gabrielle Lambert à Albi a facilité les démarches, a-t-elle expliqué. Helder (Duarte) connaît aussi très bien le président du club. L’occasion s’est présentée et je ne pouvais pas la laisser passer. Après la saison que j’ai connue l’an dernier et les honneurs que j’ai remportés, le moment était bien choisi pour faire le saut. Je prouve que c’est possible d’obtenir un contrat en Europe même si tu ne fais pas ton parcours dans la NCAA et que tu restes au Canada.»

«La présence de Gabrielle a facilité mon adaptation et elle m’a vraiment aidé, de poursuivre Roy-Petitclerc. L’an prochain, je serais prête à partir seule si jamais je ne reste pas à Albi. Mon but est d’obtenir un contrat fédéral, ce qui n’était pas possible cette année. Avec un contrat fédéral, tu peux te consacrer uniquement au soccer et tu n’as pas besoin de travailler. Dans l’équipe, les trois Serbes, Gabrielle et une Mexicaine possèdent un contrat fédéral.»

Autres québécoises

Ancienne porte-couleurs des Patriotes de l’UQTR, Lambert est la gardienne numéro un à Albi, une petite ville tranquille selon Arielle-Roy située à proximité de Toulouse.

Dans le passé, l’ancienne capitaine du Rouge et Or Francine Brousseau avait évolué à Angers en Division 2.