/lifestyle/psycho
Navigation

12 trucs pour vaincre sa timidité

12 trucs pour vaincre sa timidité
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une fois qu’on se reconnaît comme « timide », il est possible de devenir moins craintif du jugement des gens pour pouvoir mieux profiter de leur compagnie. Mais comment faire ? Voici quelques conseils donnés par des ex-timides et lus sur l’excellent site timidité.info.

1. Relever de petits défis.

Pour modifier une attitude que l’on a, on n’en sort pas, il faut s’exercer à agir autrement. Dans le cas de la timidité, on pourrait s’affirmer davantage dans une situation qui normalement nous fait fondre ou fuir. Lors d’une rencontre : dire bonjour en regardant la personne dans les yeux, sourire, passer un commentaire sur le beau ou le mauvais temps (avoir une conversation légère), etc. Ce qui importe, c’est d’accumuler les petites victoires. Pensez que chaque fois que vous vivez un succès, votre cerveau l’enregistre et se prépare pour un autre. Autre défi : lancer une invitation !

2. Ne pas viser trop haut.

Cela dit, ne soyez pas trop ambitieux ou sévère avec vous-même. Faites un pas à la fois vers l’affirmation de soi, et réjouissez-vous des petits changements plutôt que de viser trop haut et de risquer d’être déçu des résultats.

3. Parler. Au lieu de garder pour soi le fait qu’on se sent timide, il vaut mieux en parler avec nos proches, ceux qui nous connaissent bien, mais aussi avec les gens qu’on côtoie régulièrement. S’ouvrir aux autres sur une part de ce qu’on est et de ce qu’on vit est déjà un acte de « détimidisation ».

4. Changer la direction d’une caméra imaginaire.

Un des problèmes avec la timidité est qu’on focalise une caméra sur soi. On croit que tout le monde s’intéresse à nous. Or, comme le dit Mme Deschâtelets, « les gens nous observent et nous analysent beaucoup moins qu’on a tendance à le penser ». En orientant une caméra imaginaire sur les gens qu’on rencontre ou même sur le lieu où l’on se trouve, on peut cesser de se centrer sur soi et son malaise.

5. Un micro.

On peut aussi remplacer cette caméra imaginaire par un micro (tout aussi imaginaire). On dirige ce micro vers son interlocuteur : on lui pose une question, on obtient une réponse qu’on écoute, on pose une autre question... Il s’agit de porter son attention sur l’autre. Un bénéfice : vous ferez plaisir à la personne avec laquelle vous êtes en vous intéressant à elle.

6. Un ballon.

Avant et pendant une situation intimidante, pensez à bien respirer. Imaginez que votre ventre est un ballon. Lentement, vous le gonflez, le dégonflez, le gonflez, le dégonflez... La posture importe aussi. Sans être tendus, vos épaules et votre dos sont droits. Relevez la tête, ne penchez pas trop vers l’avant : les timides ont tendance à vouloir se rapprocher du plancher.

7. Imaginer l’autre...

Dans une situation malaisante, imaginez la personne avec qui vous vous trouvez toute nue ou... au petit coin. Elle deviendra moins intimidante.

8. La boule de papier.

Sur une feuille de papier, faites un dessin qui représente votre timidité. Ce peut être un visage timide ou une représentation de vous, penaud ou penaude. Ce n’est pas grave si vous dessinez mal, il s’agit simplement de symboliser votre gêne sur une feuille de papier, de prendre cette feuille, de la froisser et de la jeter dans une poubelle ou de la brûler.

9. Un autre acte psychomagique.

Inspirons-nous d’Alejandro Jodorowsky. En situation où vous devez par exemple parler en public, vous pourriez porter une ou des médailles sous votre chandail qui vous donneraient une sensation de pouvoir. Tout objet qui, pour vous, symbolise l’affirmation de soi, la réappropriation de votre pouvoir et votre protection fera l’affaire.

10. Se donner un rôle.

Vous êtes invité à une fête et cela vous terrorise ! Une solution consiste à être occupé : vous rendez service, vous faites quelque chose. En agissant, on a moins de temps pour penser à sa gêne. À retenir : la personne qui aide à desservir la table est toujours appréciée.

11. Des idées dans la poche.

Je crois moins à celui-là, mais le voici quand même : écrivez sur deux ou trois cartons des idées de sujets de conversation. Ce sera aidant si vous avez la crainte de n’avoir rien à dire.

12. Attention aux étiquettes.

Un des problèmes avec la timidité est l’étiquette que l’on porte quand on se décrit comme tel. En se disant timide, on se programme pour le futur. En particulier avec les enfants, il est important de ne pas les affubler d’une telle étiquette. Un enfant discret ou réservé, s’il est dit « timide », continuera de porter ce rôle à bout de bras alors qu’il n’est peut-être pas en fin de compte si timide que ça. De même, nous, adultes, pouvons nous délivrer de certains rôles qu’on nous a donnés ou qu’on a empruntés. Il s’agit en somme de retrouver une part de son pouvoir personnel.