/sports/ski
Navigation

Au moins, il y avait le soleil

Alex Harvey prend le 8e rang au sprint individuel en Autriche

SKI-CROSS-COUNTRY-WORLD
Photo AFP Sous un soleil printanier, Alex Harvey a été éliminé en demi-finale au sprint individuel en style libre. Le résultat ne surprend pas le fondeur québécois, qui sort d’un camp d’entraînement de trois semaines en Italie.

Coup d'oeil sur cet article

SEEFELD, AUTRICHE | Avec le soleil plombant sur les pics enneigés autour de Seefeld, on se projette facilement durant les championnats mondiaux de ski de fond en 2019. Malgré toutes les promesses féeriques du décor, Alex Harvey souhaitera sûrement y améliorer son huitième rang de samedi au sprint individuel en style libre.

Après avoir remporté sa course en quart de finale avec le temps le plus rapide des cinq vagues, une vaine stratégie dans la dernière montée en demi-finale l’a fait terminer un peu à court en quatrième place sur le parcours de 1,4 km.

« Dans le dernier virage, j’ai essayé de passer à l’intérieur de Dario (Cologna), mais il n’y avait pas suffisamment d’espace, ce qui fait que je n’ai pas pu pousser comme je l’aurais voulu dans la dernière descente. Je suis arrivé dans le dernier droit avec un peu moins de vitesse », a analysé l’athlète de Saint-Ferréol, qui s’est glissé dans le top 10 pour une 10e fois cette saison.

Encore Klaebo

Harvey a donc été contraint de se joindre aux milliers de spectateurs massés sous un soleil printanier pour assister à la victoire du Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo, qui ne semble pas abaisser ses ambitions à l’approche des Jeux olympiques. Il a signé sa cinquième victoire en six départs dans ce genre d’exercice depuis le début de la saison.

Déjà qu’il avait dynamité les qualifications du matin avec près de cinq secondes d’avance sur le deuxième plus rapide – le spécialiste italien Federico Pellogrino –, le prodigieux scandinave a ensuite remporté aisément chacune de ses trois rondes éliminatoires. Le Français Lucas Chanavat et le Suédois Calle Halfvarsson ont terminé respectivement deuxième et troisième derrière lui en finale.

Fatigue normale

Pour le fondeur canadien le plus en vue aux Jeux, se gourer en stratégie et terminer huitième cette année se veut tout à fait normal. Le contexte des mondiaux de l’an prochain n’aura rien à voir avec celui d’aujourd’hui et à deux semaines des Jeux olympiques.

Cette dernière Coupe du monde avant Pyeongchang conclut un camp d’entraînement de trois semaines en altitude passé en Italie, et un niveau supérieur de fatigue doit culminer avec cette fin de semaine. Des premiers indices ont d’ailleurs apparu dans ses sensations de la journée.

« L’an passé, j’ai été sorti en quart de finale au dernier sprint avant les championnats mondiaux en Finlande. Malgré la fatigue, je suis capable de skier un peu plus vite quand même cette année, mais c’est sûr que je le ressens. Le coup fatal va arriver demain », a prédit Harvey, qui avait enregistré le 22e temps aux qualifications du matin.

Quand on se compare

Inspiré de l’historique des dernières années, l’entourage du skieur québécois applique l’art de jauger les réserves de carburant à l’approche de la grand-messe olympique. Ce résultat de samedi n’a donc pas éveillé de panique, d’autant plus que d’autres grands spécialistes multitâches comme lui n’ont rien cassé.

Le Suisse Cologna, champion du récent Tour de ski, a aussi échoué en demi-finale, le Norvégien Martin Johnsrud Sundby s’est classé 33e et le Russe Sergei Ustiugov, malgré qu’il soit exclu des Jeux olympiques, n’a pas fait mieux que 44e.

« Tout ça est normal parce que tu ne veux pas être en super forme pour cette fin de semaine ci », a rappelé Harvey.

« Quand il va se sentir plus fatigué, ça va être le signe que l’entraînement aura porté ses fruits. Ensuite, il faut récupérer. Et lui, il récupère assez vite. Ce n’est pas un sentiment que tu aimes, parce qu’il y a des doutes, mais il connaît ce doute-là. C’est un bon doute », explique son entraîneur Louis Bouchard.

Il reste le 15 km en style libre d’aujourd’hui à l’agenda, puis vivement un congé de vaisselle demain. Si cette journée est magnifique comme celle de samedi...