/entertainment/music
Navigation

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H

En critiques cette semaine: Joe Satriani, Arthur H, Massicotte, The Go! Team et Joli-Bois!

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H

Coup d'oeil sur cet article

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H
Photo courtoisie

Arthur H - Amour chien fou

★★★

Quatre ans après avoir livré Soleil dedans, un LP « made in Québec » fort apprécié, le poète français à la voix graveleuse refait surface avec un nouvel album solo : Amour chien fou.

Bijou pop-rock s’offrant le luxe de l’errance pour certains, ou ramassis d’un peu n’importe quoi pour d’autres. Vous l’aurez deviné, je suis un casseux de party qui se trouve dans le second camp.

Album double, mais pourquoi?

À une époque où à peu près tout est disponible en quelques clics, il est original, voire frondeur, de suggérer une œuvre culturelle ancrée dans la lenteur.

Mais y a tout de même des mautadines de limites!

Amour chien fou, par exemple, ne devient finalement intéressant qu’à sa troisième pièce (Général of love, un duo bilingue et sensuel « opposant » H à sa collaboratrice et compagne Léonore Mercier).

Puis, sur la chanson suivante, H rend hommage à Lhasa et Cohen sur Sous les étoiles à Montréal, une balade qui, malgré ses bonnes intentions, émeut peu.

Bref, c’est ça, Amour chien fou : un album aux dents de scie vertigineuses.

Pour les fans surtout

Malgré tout ce cassage de sucre, retenons qu’Amour chien fou n’est pas une daube. Tout d’abord, il est signé Arthur H (quand même un gage de qualité) et, en plus d’être couillu, on y retrouve également de bonnes idées... qui sont incroyablement trop éparpillées au long du LP.

Et, pour les mélomanes qui désireraient découvrir le dandy ténébreux, cette nouvelle offrande n’est pas l’introduction idéale.

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H
Photo courtoisie

Joe Satriani - What Happens Next

★★★

On pourrait croire qu’après seize disques, le Rémy Girard de la guitare (dans le sens qu’il est un artiste compétent et, avouons-le, qu’on tient désormais pour acquis) serait prévisible, mais non.

Satriani surprend avec cette offrande particulièrement musclée. Deux ans après le particulièrement couci-couça Shockwave Supernova, le monsieur y va finalement mollo avec les fioritures electro-pop pour un son plus épuré, voire punk et rock garage.

Une simplicité volontaire quand même rafraîchissante pour le maestro!

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H
Photo courtoisie

Joli-Bois - Quand les vents

★★★ ½

Duo formé par les chanteuses et comédiennes Raphaëlle Lalande (Unité 9) et Sonia Cordeau (Les Appendices), Joli-Bois captive avec ce premier maxi folk

Bien que la paire abonde dans un genre surchargé ces jours-ci (bref, c’est également éthéré et pop), elle se distingue par ses harmonies qui ne sont pas sans rappeler First Aid Kit.

Sans être renversant, Quand les vents demeure une carte de visite invitante. À écouter!

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H
Photo courtoisie

The Go! Team - SEMICIRCLE

★★ ½

Projet chouchou de moult DJs de radios universitaires (j’en suis !), l’équipe britannique s’essouffle toutefois avec ce cinquième album.

Si le genre du groupe était aussi unique qu’indescriptible à ses débuts (c’est du rock alternatif parfois rappé et carburant à l’échantillonnage; c’est comme une pizza all dressed, disons), The Go Team est (presque) prévisible sur SEMICIRCLE.

Loin d’être mauvais, le disque est cruellement en deçà de ce que Ian Parton et ses sbires offrent habituellement. Dommage.

Amour, chien fou et disque décevant pour Arthur H
Photo courtoisie

Coup de coeur: Massicotte - Aux chutes Niagara

★★★ ½

Tout comme vous, je déteste le racisme, les embouteillages et, surtout, les albums de chansons folk qui se veulent comiques. Or, Massicotte surprend sur ce LP avec un dosage particulièrement relevé.

Non seulement les textes du bonhomme sont bel et bien sympathiques, mais les musiques les accompagnant, elles, ne sont pas cheap du tout (fait tout de même rare dans le domaine de la toune drôle).

À titre de référence, imaginez une version hop-la-vie de Tire le coyote.

Bref, à écouter.