/weekend
Navigation

Un coma réparateur pour Patrick Hivon

Quebec
Photo d’archives, Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Durant cinq jours, le comédien Patrick Hivon s’est retrouvé dans un lit d’hôpital, branché à des appareils et plongé dans un profond coma, pour les besoins de son personnage dans la série L’Échappée. Une période réparatrice, où le comédien avoue en avoir profité pour se reposer et faire le plein d’énergie.

Victime d’une agression sauvage, le personnage interprété par Patrick Hivon, David Lelièvre, est très mal en point. Sa fille Claudie souhaite qu’il ne s’en sorte pas, et les soupçons pointent maintenant en direction de quelques personnes. Personnage plus que détestable, l’homme a plusieurs ennemis potentiels.

Le comédien raconte que les gens sur le plateau avaient une certaine appréhension pour le tournage des scènes où son personnage était plongé dans un profond coma, qui exigeaient une longue préparation. « Tout le monde était convaincu, parce que j’ai beaucoup d’énergie, que je n’allais pas être du monde. Ce qui n’a pas du tout été le cas. Ce fut de belles petites vacances », a-t-il lancé en riant, précisant qu’il n’avait pas beaucoup de texte à apprendre.

« J’avais énormément de boulot lors du tournage de ces scènes et j’avais un rôle très exigeant, physiquement, dans le film d’Éric Morin, Gold, où je joue un skinhead. J’étais fatigué d’une grosse année. Ça n’arrêtait pas. J’avais mal aux bras, j’étais magané et le tournage de ces scènes s’est avéré réparateur. Je devais dormir quatre heures par jour, entre les prises, sur le plateau de tournage. Ça m’a fait du bien », a-t-il laissé tomber, lors d’un entretien.

Patrick Hivon alias David Lelièvre dans l’émission <i>L’Échappée</i>.
Photo courtoisie
Patrick Hivon alias David Lelièvre dans l’émission L’Échappée.

Des tout croches

Personnage détestable dans L’Échappée, Patrick Hivon a aussi personnifié un ex-policier, un peu étrange et magouilleur, avec le rôle de Sylvain Lauzon dans la série Faits divers.

Le comédien précise que son automne, avec ces rôles de deux mal-aimés, n’a pas été rempli d’amour à la télé.

« Ce sont deux tout croches qui sont différents. Sylvain Lauzon est un gars mal organisé. Un grand naïf qui choisit tout le temps le chemin facile. Je trouve qu’il y a quelque chose d’attachant chez lui », a expliqué le comédien, qui devrait être de retour dans une deuxième saison.

Patrick Hivon a souvent joué les détestables au cinéma et à la télé. Il cible ses rôles dans la comédie de situation Rumeurs, dans Lance et compte et dans les longs métrages L’Affaire Dumont et L’Ange gardien.

« On m’appelle souvent pour faire les maganés. J’essaie de me renouveler, mais ce n’est pas évident dans un petit marché cinématographique et télévisuel comme celui du Québec. Je suis plus amené à le faire au théâtre », a-t-il fait remarquer, précisant qu’il avait été choyé et gâté, en termes de rôles, en 18 ans de carrière.

Fortes réactions

Le comédien, qui tournera La femme de mon frère en février prochain, premier long métrage de Monia Chokri, est ouvert à jouer toutes sortes de rôles. L’important, précise-t-il, c’est qu’il y ait une démarche artistique derrière la proposition, que ça ne soit pas gratuit et sensationnaliste, dans le but de créer de l’émotion.

« Je dois avoir l’impression de faire de l’art. J’aime créer sur le plateau et ­m’inspirer de ce qu’il y a autour », a-t-il dit.

Il travaille à partir des textes, qui lui donnent un maximum d’informations, mais il entreprend aussi sa propre démarche, sur le web ou dans la rue, pour bâtir ses rôles.

« Il m’arrive de dessiner des personnages ou de voir, assis à ne rien faire, sur une terrasse, quelqu’un passer qui me donne la ligne directrice. Et c’est souvent une heure avant la première journée de tournage que ceci se dévoile. C’est rarement bien longtemps avant », a-t-il mentionné.

Patrick Hivon explique que les ­réactions suscitées par son personnage dans L’Échappée sont très fortes chez le public.

« C’est quelque chose. J’avais déjà vécu ça avec le rôle de Danny ­Bouchard dans Lance et compte. Aussi dans Nouvelle Adresse, où c’était de la ­compassion, des gens qui me regardaient les yeux pleins d’eau et qui me partageaient leurs expériences. Là, on me demande si j’ai mal à la tête et on me fait savoir que mon personnage est dans le camp des mal-aimés. C’est toujours fait avec humour, mais lorsque je sens que les gens sont trop engagés, je leur rappelle que je ne suis que le messager », a-t-il laissé tomber.


L’Échappée est diffusée les lundis, à 20 h, sur les ondes de TVA.