/entertainment
Navigation

La routine santé d'Arnaud Marchand

La routine santé d'Arnaud Marchand
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Le Journal vous fait découvrir les trucs et astuces santé de différentes personnalités. De l’activité physique à l’assiette, en passant aussi par l’équilibre mental, chaque invité nous parle de sa santé et de ses choix pour rester actif et en forme.

Comment te gardes-tu en forme ?

Défi Pierre Lavoie
Photo courtoisie
Défi Pierre Lavoie

Père de trois garçons, chef et copropriétaire de Chez Boulay Bistro Boréal et cofondateur de l’usine de transformation alimentaire VériTable, Arnaud Marchand a un calendrier plutôt chargé !

En 2018, il souhaite se remettre à l’activité physique, qu’il avait été contraint de délaisser il y a un an et demi en raison de deux hernies discales. Il faisait alors régulièrement de la boxe, du CrossFit, du ski alpin et du vélo.

« Cette année, je veux m’entraîner intelligemment, en commençant mes journées avec des exercices simples et efficaces, puis en continuant le ski alpin de deux à trois fois par semaine cet hiver. Cet été, l’enjeu sera le tennis, le vélo de course et de montagne », affirme celui qui habite à deux pas du Relais et qui a grandi près d’une station de ski en France, à Chalmazel.

Qu’est-ce qui a motivé cette résolution ?

« Ma priorité, c’est ma santé. Je veux voir grandir mes enfants, connaître mes petits-enfants et pouvoir jouer longtemps avec eux. Je veux aussi créer cette énergie chez eux, qu’ils soient stimulés par le sport », explique celui qui espère également pouvoir renforcer son dos. « Après une semaine à faire beaucoup de sport, j’ai le pied dans l’engrenage », dit-il, ressentant « un manque » aussitôt qu’il rate une séance d’activité physique.

Quels sont tes trucs pour manger santé ?

Favoriser l’huile de noix de coco  dénaturée plutôt que le beurre.
Photo courtoisie
Favoriser l’huile de noix de coco dénaturée plutôt que le beurre.

« La nutrition me fascine complètement, mais je ne suis pas extrême. Je crois qu’il faut diminuer notre consommation de viande et de gras, mais qu’on peut aussi se gâter parfois », explique Arnaud, convaincu qu’il est « possible de manger santé et de se régaler en même temps ».

Cette année, il tentera de maximiser les accents de saveur apportés par la protéine animale, dans des plats santés.

Par exemple, de petits dés de bacon issus d’une tranche cuite au four, déposés dans une grande quantité de vinaigrette maison, suffisent pour apporter un côté cochon à une salade.

De plus, Arnaud a déjà apporté des changements à son garde-manger, par exemple, en favorisant l’huile de noix de coco dénaturée plutôt que le beurre et en buvant du lait d’amande plutôt que des produits laitiers. Mais il n’a pas pour autant mis une croix sur les fromages du Québec par exemple, car « il faut garder l’amour de ce qu’on aime » !

Quelle serait ton assiette santé préférée ?

Un bol de riz cuit dans un autocuiseur 
avec un wok de légumes assaisonnés de sauce soya et d’huile de sésame.
Photo courtoisie
Un bol de riz cuit dans un autocuiseur avec un wok de légumes assaisonnés de sauce soya et d’huile de sésame.

Un bol de riz cuit dans un autocuiseur, « j’en mangerais à la louche, même sans saveur », dit-il. Avec un wok de légumes (provenant de son panier bio en saison) assaisonnés de sauce soya et d’huile de sésame, auquel il ajouterait peut-être du poulet ou du poisson. Arnaud adore aussi la crème sure concoctée avec des noix de cajou qui ont trempé dans l’eau pendant une nuit, aromatisée avec du jus de citron et de la ciboulette.

Comment fais-tu, en cuisine, pour résister aux tentations ?

« Côté salé, je suis capable de simplement goûter. Mais lorsque je vais au comptoir Boréal, il y a 98 % de chance que je mange un croissant, un pain au chocolat ou un nouveau dessert », affirme-t-il, fier de son équipe qui concocte des plaisirs irrésistibles.

Quelles sont tes destinations santé à Québec ?

« Le Monastère des Augustines »,
pour son comptoir à salades, 
aussi « pour l’éducation 
qui est faite autour d’elles. »
Photo courtoisie
« Le Monastère des Augustines », pour son comptoir à salades, aussi « pour l’éducation qui est faite autour d’elles. »

« Le Monastère des Augustines », non seulement pour son comptoir à salades, mais aussi « pour l’éducation qui est faite autour d’elles. Puis j’ai la chance d’avoir un accès direct aux producteurs », poursuit-il, nommant entre autres la Maison Orphée, la Vinaigrerie du Capitaine, et Nutra-Fruit.

Chez Boulay, on retrouve toujours des plats végétariens et/ou végétaliens au menu et il est même possible parfois de transformer un plat offert sur la carte en délice sans produit animal.