/entertainment/radio
Navigation

C’est fini pour André Arthur à BLVD

L'animateur André Arthur
PHOTO d'archives, DIDIER DEBUSSCHÈRE L'animateur André Arthur

Coup d'oeil sur cet article

C’est la fin de l’aventure pour André Arthur à BLVD 102,1. L’animateur controversé s’est fait montrer la porte, lundi, cinq jours après avoir tenu des propos jugés homophobes en ondes.

 

La direction de Leclerc Communication, propriétaire de la station, en a fait l’annonce dans un laconique communiqué, en après-midi, sans préciser les motifs de sa décision.

L’animateur de 74 ans était sur la sellette pour avoir qualifié dans son émission, la semaine dernière, la rue Saint-Jean de « boulevard sida au cœur du quartier gai ». Mais le principal intéressé assumait toujours ses propos, lundi.

« Ça fait 20 ans que j’emploie cette expression-là », a-t-il affirmé à Radio-Canada. Le vieux routier a dit respecter la décision de ses anciens patrons. « Je leur ai fourni des cotes d’écoute dont ils avaient besoin et ils m’ont très bien traité. Là, pour eux, la pression devenait trop forte », a-t-il analysé.

« Leur problème »

André Arthur s’était joint à BLVD il y a un an et demi après avoir été congédié par CHOI Radio X. À son embauche, il avait exigé que ses interventions soient préenregistrées et autorisées par une équipe mise en place par la station. « Alors ce qu’ils diffusent, ce sera leur problème », avait-il dit.

Ce qui ne l’a pas empêché de susciter la controverse à quelques reprises. En mars 2017, il s’était excusé pour avoir suggéré de frapper les cyclistes qui circulent sur les routes en hiver. Le mois suivant, il avait choqué en évoquant une « dictature des maudites folles » dans le réseau scolaire.

Ses propos sur le « boulevard sida » l’avaient rattrapé une première fois, vendredi, quand un groupe de citoyens lui a fait parvenir une mise en demeure. « Ce sont des propos clairement homophobes. [...] En 2018, ça ne passe plus », a dénoncé lundi Guy Chicoine, qui tient aussi responsable le coanimateur d’Arthur et la station.

Malgré les derniers développements, le groupe réclamait toujours au diffuseur des excuses publiques.

Ses ex-collègues réagissent

L’annonce du départ d'André Arthur a secoué ses anciens collègues. Nathalie Normandeau a commenté dans son émission du retour, à chaud, la fin du contrat de son collègue, qu’elle a tenu à « remercier pour [sa] contribution ».

« Tes interventions sont rapidement devenues très populaires [...] Je suis très reconnaissante de tout ce qu’André a fait pour la jeune animatrice que j’étais et que je suis toujours, alors André, je te souhaite le meilleur pour toi pour la suite des choses et je ne doute pas de ta capacité à te relever de cette décision qui a été prise aujourd’hui par les patrons de Leclerc Communication, mais comme on dit, ainsi va la vie », a-t-elle commenté.

Pour sa part, Stéphane Gasse avait une impression de déjà-vu, lui qui avait déjà assisté au congédiement d’André Arthur à l’automne 2001 quand tous les deux étaient employés du FM93. L’animateur du matin a préféré ne pas se prononcer sur la décision de ses patrons. « Ils font ce qu’ils veulent. C’est leur décision », a-t-il dit.

« Peu importe ce qu’on puisse en dire ou lui reprocher, André Arthur, c’est un talent de communicateur exceptionnel, a-t-il précisé. C’est quelqu’un qui, pour toutes les raisons, bonnes comme mauvaises, va passer à l’histoire ».

« Selon moi, c’était la chose à faire. (...) Si la décision n’avait pas été dans ce sens-là, j’aurais remis en question ma présence en ondes », a pour sa part réagi Sophie Durocher. L’animatrice avait pourfendu dans son émission les propos d’Arthur, vendredi.

– Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron