/entertainment/radio
Navigation

[AUDIO] Le congédiement d’André Arthur résulte d’« un problème d’attitude », croit Jeff Fillion

L'animateur Jeff Fillion
Photo d'archives, Stevens LeBlanc L'animateur Jeff Fillion

Coup d'oeil sur cet article

L’animateur Jeff Fillion croit que le congédiement d’André Arthur est le résultat d’«un problème d’attitude».

«C’est un gars qui a beaucoup de haine. C’est un gars qui a beaucoup de misère à s’entendre avec les gens. Ce n’est pas un gars le fun à côtoyer. J’aurais aimé ça, j’aurais aimé ça que ça fonctionne, d’être capable de jaser, d’être capable de s’écrire [...] Avec André, ce n’est pas facile. Parlez-en avec n’importe qui qui a essayé. On veut, mais je pense que c’est plus ça qui a fait du dommage, que n’importe quelle gaffe qu’il a pu faire en ondes. C’est plus les relations qu’il a, soit avec les gens qui le dirigent, soit les gens avec qui il travaille. Un moment donné, il faut que ça finisse. Tu ne peux pas engueuler quelqu’un pour telle ou telle affaire. [...] Je pense que le plus gros problème d’André ç’a été celui-là», a expliqué Jeff Fillion en ondes mardi.

L’animateur de CHOI Radio X a donné l’exemple de la mise en demeure qu’a fait parvenir un groupe de citoyen à la station BLVD 102,1, en lien avec les propos homophobes tenus en ondes par le controversé animateur, pour appuyer ses dires.

«Le niveau juridique, l’histoire de la mise en demeure, il n’y a rien là-dedans. Il n’y a rien pour s’accrocher, pour qu’il y ait quelque chose au niveau juridique. Pis surtout que tu t’en vas contre des propriétaires de station qui sont tous les deux des avocats et qui savent quoi faire avec ça. [...] N’oubliez pas une chose, ces paroles-là ont été mentionnées sur les ondes de la station de radio où travaillait André Arthur et le show d’André Arthur est enregistré à l’avance. Donc, il y a eu quelqu’un qui a approuvé ce qui a été dit et qui a vu qu’il n’y avait pas grand merde là-dedans. Il n’y a pas de merde là-dedans. Il n’y a pas d’histoire», croit-il.

«Moi, je pense que c’est plus un problème d’attitude [...], a expliqué Fillion. Je n’ai pas l’impression que c’est relié à ce qui a été dit. C’est quand même assez niaiseux ce qui a été dit. Pour un bonhomme de 74 ans, ça fitte. Pour nous autres, les plus jeunes, les gens qui entendent ça, tu te dis que c’est une autre époque. Le mot “sida”, je ne suis pas sûr qu’on l’avait entendu depuis 15 ans.»

Mise en garde contre «plusieurs grandes gueules»

L’animateur de l’émission du midi à CHOI Radio X a aussi profité de ce segment sur André Arthur pour s’adresser directement à certaines «grandes gueules» qui se sont réjouies de son congédiement.

«[André Arthur] ç’a été un défricheur, ç’a été quelqu’un qui a été important pour le talk radio à Québec. Il y a plusieurs grandes gueules en ce moment qui n’ont pas de résultats, pas de talent non plus et qui se réjouissent du départ d’André Arthur. C’est pas mal lui qui a défriché la forêt dans laquelle tu travailles en ce moment et qui te permet de parler au micro, alors qu’on n’est pas certain que vous devriez en avoir un devant vous autres.»

L'animateur André Arthur
PHOTO d'archives, DIDIER DEBUSSCHÈRE
L'animateur André Arthur

Jeff Fillion a aussi déploré qu’avec le départ d’André Arthur, «ces lâches» «gagnent par défaut».

«Eux, automatiquement, vont monter dans l’échelle, non pas parce qu’ils ont eu des succès, mais juste parce que les vrais bons se tassent [...] et eux autres, les fin finauds qui se réjouissent de ça, des gens qui n’ont jamais pris de chance et qui habituellement vont toujours aller du côté du discours dominant, jamais de risque, eh bien ces gens-là se réjouissent de la perte d’un artisan qui a défriché beaucoup beaucoup beaucoup de forêts très denses, pour permettre à ces gars de radio, ces filles de radio qui n’ont absolument rien accompli jusqu’à maintenant et s’ils sont là avec un salaire de 30 000, 50 000, 60 000, 70 000, il y a un peu d’André Arthur là-dedans», plaide-t-il.

Un message pour les patrons de Leclerc Communication

Jeff Fillion a aussi envoyé un message aux propriétaires de Leclerc communication qui, selon lui, opèrent «un foyer pour brûler du cash».

«Peut-être que la station qui vient de le remercier, qui n’allait nulle part, la seule raison pour aller voir cette station-là, c’était André Arthur. Peut-être qu’avant de faire plein de dommages à la radio parlée à Québec avec trop de joueurs, peut-être qu’il serait temps pour cette station-là de carrément laisser la place et de mettre un peu de musique. Je sais que ce n’est pas facile de mettre de la musique, je sais qu’il y a beaucoup de compétition, je sais que les règles sont injustes pour le marché du Québec, entre autres la musique francophone, mais 4-5 stations de radio, alors qu’il n’y en a pas 4-5 à New York, de radio parlée à Québec, c’est un peu fou. C’est peut-être une opportunité là de revoir... anyway, l’argent va mourir dans cette boîte-là. C’est un gobe-argent. C’est une place, c’est un foyer pour brûler du cash, du cash en papier, donc peut-être un bon moyen de régler ça maintenant», a-t-il déclaré en souhaitant une bonne retraite à monsieur Arthur.