/sports/hockey/remparts
Navigation

L’attaque des Remparts au ralenti

Limité à un but, aucune aide et seulement sept lancers depuis son arrivée à Québec, Matthew Grouchy reconnaît vivre une séquence aride.
PHOTO AGENCE QMI, JOËL LEMAY Limité à un but, aucune aide et seulement sept lancers depuis son arrivée à Québec, Matthew Grouchy reconnaît vivre une séquence aride.

Coup d'oeil sur cet article

Nul besoin d’analyses scientifiques pour expliquer les récents déboires des Remparts de Québec.

Depuis le début de janvier, un mois qui se conclura par le passage des Tigres de Victoriaville, mercredi soir, au Centre Vidéotron, la moitié des attaquants de l’équipe ont marqué aucun ou un seul but lors de leurs 11 dernières parties.

L’une des conséquences de ces mains surgelées et des bâtons compressés : l’attaque massive des Diables rouges a connu des ratés; sept buts en 54 essais pour une efficacité de 13 %.

« Les succès de notre équipe sont basés sur la contribution de tout le monde (quatre trios). C’était le cas en début de saison », a rappelé l’entraîneur en chef des Remparts Philippe Boucher.

Depuis les célébrations du Nouvel An, seuls Matthew Boucher (5 buts), Pascal Laberge (5) et Philipp Kurashev (4) ont trompé régulièrement la vigilance des gardiens adverses.

« Plusieurs de nos gars pourraient jouer avec plus de confiance. Nos vétérans particulièrement. Dernièrement, on frappe des poteaux et des logos [lancer dans la bedaine du gardien]. Ça prendra un petit peu plus d’exécution. »

Grouchy se cherche

Limité à un but, aucune aide et seulement sept lancers depuis son arrivée à Québec, Matthew Grouchy reconnaît vivre une séquence aride.

« Je suis l’unique responsable de mes ennuis », affirme le natif du Labrador qui était jumelé, mardi, durant la séance d’entraînement, à Jesse Sutton et Gregor MacLeod, des patineurs également originaires des Maritimes.

« Je vais m’en sortir. D’abord en travaillant plus fort, puis en recevant l’aide de mes coéquipiers », a ajouté Grouchy, dont les services ont été obtenus des Islanders de Charlottetown (en compagnie de MacLeod) contre ceux de Derek Gentile, le 31 décembre.

Trois en quatre

Les Remparts amorceront mercredi soir une séquence de trois matchs en quatre jours au « CV » contre des rivaux de la division Est : les Tigres, le Drakkar de Baie-Comeau (vendredi) et l’Océanic de Rimouski (samedi).

« Une grosse semaine qui débutera par un gros test. Les Tigres seront prêts, car j’imagine qu’ils souhaitent (bientôt) rattraper Rimouski (au sommet de l’Est) », a dit Boucher dont la troupe a vaincu les Tigres trois fois en quatre essais depuis le début de la saison.

En deux lignes

Les Tigres pavanent une fiche de 7-2-1-0 à leurs 10 derniers matchs. Toutefois, samedi, à Val-d’Or, le vétéran gardien Étienne Montpetit a reçu une blessure au bas du corps. Depuis, son statut est qualifié « d’au jour le jour », mais son absence devrait s’allonger durant toute la semaine.

En huit matchs depuis son retour des mondiaux juniors, Maxime Comtois a enfilé 11 buts et amassé 5 aides. Vitalii Abramov est également en feu (16 points en 8 parties), à l’exemple de l’autre Russe des Bois-Francs, Ivan Kosorenkov (5-8).

Gagné pétant de santé

Les léthargies offensives seraient aussi contagieuses que la gastroentérite, dit-on.

Affligé par les désagréments de ce virulent virus au cours de la fin de semaine, Benjamin Gagné réintègrera l’alignement des Remparts mercredi soir après avoir brillé par son absence lors du match dominical face aux Voltigeurs de Drummondville.

Gagné aura comme mission, entre autres, de relancer l’attaque. À forces égales ou celle qualifiée de massive.

«Nous devons trouver le moyen de marquer plus de buts. Deux par match, ce n’est pas suffisant pour gagner. Mais, toutes les équipes de la ligue passent par-là durant une saison», affirme le défenseur de 19 ans, employé comme pivot de l’attaque à cinq.

«Je suis heureux que Philippe me fasse confiance. Nous possédons assez de talent pour générer de l’offensive. Quand certains recommenceront à compter des buts, les autres vont suivre.»

Manque de constance

Le déploiement des troupes en avantage numérique suscite des interrogations chez les Remparts, campés au 15e rang de la ligue avec un taux de réussite de 18,1%.

Dimanche, à la troisième période, l’apathie québécoise durant un épisode prolongé à cinq contre trois a permis aux Voltigeurs de s’accrocher à une priorité d’un but et d’engranger par la suite une victoire de 4-1 à l’aide d’une paire de buts dans un filet désert.

«Les gars savent que ce 5 contre 3 a fait la différence. Lors de nos récentes défaites, nous avons souvent obtenu plus de chances de compter que nos adversaires», affirme l’entraineur Philippe Boucher.

Erne à Québec

Profitant de la pause du match des étoiles dans la Ligue américaine de hockey, l'ancien attaquant des Remparts Adam Erne participera à une séance d'autographes après la première période, derrière la section 119. À sa troisième saison dans les rangs professionnels, le natif du Connecticut a enfilé 12 buts et amassé 14 aides en 39 matchs chez le Crunch de Syracuse, club école du Lightning de Tampa Bay.