/sports/hockey/remparts
Navigation

Les Remparts brassent la cage des Tigres

De retour au 2e rang dans l'Est à l'aide d'une victoire de 4-1

Coup d'oeil sur cet article

À l’aide de coups d’épaule bien sentis, les Remparts de Québec ont freiné une séquence de trois défaites, mercredi soir au Centre Vidéotron, en battant les Tigres de Victoriaville par le pointage de 4-1 devant une foule annoncée de 8191 spectateurs.

Olivier Garneau, auteur de son premier but en 15 parties, et Christian Huntley, lors d’un avantage numérique, ont secoué les cordages tôt à la première période pour donner le ton à ce match presque à sens unique. Il s’agissait de la 4e victoire des Remparts en cinq matchs contre les Félins depuis le début de la saison.

« Nous voulions être prêts, car la rivalité est forte entre nos deux équipes. On a joué un match plus physique qu’à l’habitude et certaines équipes n’aiment pas ça. Même si ce n’était pas le plus beau, je le prends avec plaisir ce but. Mais c’est surtout la victoire qui importe », a déclaré Olivier Garneau.

Les Diables rouges ont momentanément coiffé les Félins au 2e rang de la division Est et au 8e rang du classement général. Les jeunesses des Bois-Francs ont toutefois un match en main sur Québec.

« Si j’étais joueur, il me semble que ce serait facile de les haïr (les Remparts). Nous devrons apprendre à détester perdre contre eux », a mentionné l’entraîneur des Tigres Louis Robitaille.

Son homologue Philippe Boucher a loué le travail de col bleu de sa troupe.

« Les gars ont payé le prix et réalisé l’urgence de la situation. Les coups d’épaule venaient de partout », a-t-il dit, citant le brassage de cage effectué par les Laberge, Grouchy, Mathieu et Dubé.

ÇA JOUE DU BÂTON

En troisième, Chase Harwell a fait manger de la baie vitrée à Grouchy. Plus tard, Abramov a servi un cinglage de pro à Sam Dunn avant d’en recevoir un solide dans les mollets, une gracieuseté de Benjamin Gagné. Ce dernier s’est ensuite empoigné avec Maxime Comtois. Les fautifs ont été expédiés à leur vestiaire avec des contraventions salées pour coups de bâtons (majeures) et de punitions de match.

« Harwell joue dur et c’est correct. Grouchy a beaucoup jasé ce soir et c’était le temps de payer ses dettes. Quant au slash à Benjamin, son bâton a cassé... », a dit Philippe Boucher.

Mikaël Robidoux déjà de retour à l’entraînement

Victime d’une rupture de la rate, blessure causée par la distribution d’une mise en échec anodine le 17 janvier lors d’un match face aux Screaming Eagles du Cap-Breton à Sydney, Mikaël Robidoux a renoué avec ses coéquipiers des Remparts mercredi matin.

Hospitalisé pendant cinq jours à la suite d’une intervention chirurgicale nocturne dont l’objectif était de retirer un organe perforé et de freiner une hémorragie interne, Robidoux a ensuite dû prolonger son séjour en Nouvelle-Écosse parce qu’il était sans papier !

« J’avais oublié mon porte-monnaie à Québec et sans carte d’identité, je ne pouvais monter à bord d’un avion. Comble de malchance, une tempête de neige a retardé l’expédition de mes documents et j’ai dû résider à l’hôtel pendant trois jours. J’ai appris ma leçon », a dit le fougueux numéro 18.

Présence en séries ?

Dès son arrivée au CV, Robidoux a enfourché un vélo stationnaire dans l’espoir de battre le pronostic du chirurgien qui lui a annoncé, quelques heures après son intervention, que sa saison était terminée. « J’ai repris des forces et ma cicatrice (abdominale) guérit bien. Je devrai gérer mes efforts au cours des prochaines semaines, mais j’ai bon espoir d’effectuer un retour au jeu lors des séries éliminatoires. »

D’ici là, Robidoux qui sera désormais privé de son organe gestionnaire du système immunitaire devra éviter de frayer avec les virus et les bactéries.

« Je n’aurai pas de médicament à prendre (sur une base quotidienne), mais je devrai être assidu avec quelques vaccins pour le reste de ma vie. »

Montpetit toujours sur la touche

Récepteur d’une blessure au bas du corps, samedi à Val-d’Or, le vétéran gardien Étienne Montpetit a participé à la séance d’entraînement des Tigres hier matin à Victoriaville. « La blessure semble moins grave qu’anticipée, mais Étienne aura besoin d’environ une semaine pour guérir. Il reviendra au jeu seulement lorsqu’il sera à 100 %. »