/opinion/columnists
Navigation

Donald Trump contre les services secrets

Donald Trump
Photo AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Personne n’a vu le document, sauf quelques rares privilégiés. Mais il est sur toutes les lèvres. Donald Trump pourrait dès cet après-midi décider de le rendre public. Il est probable que le document discrédite les services de renseignement.

Les services secrets ne veulent pas qu’il soit publié. Hier matin, un ex-directeur de la CIA a durement attaqué les républicains jugeant leur attitude partisane à l’extrême. Mais derrière ce nouvel épisode de la lutte sans merci que se livrent les républicains et les démocrates dans le cadre de l’enquête sur la Russie, un autre combat beaucoup plus inquiétant est en train d’apparaître : celui qui pourrait opposer la Maison-Blanche aux services de renseignement américains.


1. En quoi consiste le document ?

Le document est un mémo de quatre pages rédigé par Devin Nunes et ses adjoints. Nunes est le président du comité de surveillance de la Chambre des représentants sur les services d’espionnage. Des démocrates siègent aussi à ce comité. Le mémo laisserait entendre que le FBI, avec la bénédiction du département de la Justice, aurait espionné au moins un membre de l’équipe de Trump, mais sans avoir eu de preuve suffisante. Hier, un membre démocrate du comité de surveillance, Adam Schiff, a dénoncé la copie du mémo qui a été remise à Trump. Selon lui, Nunes a changé son contenu. Les républicains répondent que le mémo n’a subi que quelques corrections mineures, de grammaire entre autres.


2. Quel est le rôle de ce mémo dans l’enquête ?

Les démocrates voient dans ce mémo une façon pernicieuse pour Trump de discréditer le FBI et donc l’enquête sur la Russie. Le FBI a d’ailleurs publié ce mercredi un communiqué dans lequel il dit s’inquiéter sérieusement des omissions du document.


3. Quelles pourraient être les conséquences de la publication du mémo ?

La publication du mémo risque d’entraîner plusieurs démissions, à commencer par celle de Christopher Wray, le directeur du FBI. Wray a en effet conseillé au président de ne pas publier le mémo. Quoi qu’il en soit, véridique ou non, le document pourrait être très utile aux républicains dans les mois qui viennent. Ceux-ci ne devraient pas manquer d’y faire référence pour discréditer l’enquête sur la Russie de Robert Mueller. Comme par hasard, les premiers résultats de l’enquête pourraient bien sortir à la fin de l’été, juste avant les élections de mi-mandat.


4. Comment la Maison-Blanche pourrait-elle répondre aux services de renseignement ?

Une des solutions pourrait être de créer des services de renseignement privés. La Maison-Blanche nie que le sujet ait été officiellement discuté. Cependant, Erik Prince, fondateur de Blackwater, une firme de mercenaires active au Moyen-Orient, aurait fait des démarches en ce sens. L’idée serait de créer un service de renseignement financé par le privé et dont le directeur répondrait uniquement à Mike Pompeo, chef de la CIA et marionnette du président. Un tel service de renseignement serait hors du contrôle direct des élus. Il pourrait assez rapidement devenir terrifiant.


5. Comment contrôler les services secrets ?

Il n’est jamais possible de totalement contrôler les services secrets, à moins que les élus ne soient eux-mêmes d’anciens dirigeants de ces services. Cependant, faute de les contrôler totalement, il est possible de leur demander de rendre des comptes. Et de les obliger à mentir s’ils veulent cacher des choses. Ils courent ainsi le risque de s’empêtrer dans leurs propres explications et d’éveiller des soupçons.