/sports/soccer/impact
Navigation

Garde satisfait de ses hommes

Le nouvel entraîneur-chef s’attend toutefois à recevoir du renfort sous peu

Camp Impact de Montréal
Photo Martin Chevalier L’entraîneur-chef de l’Impact Rémi Garde a déjà commencé à implanter sa philosophie de jeu.

Coup d'oeil sur cet article

Rémi Garde est satisfait du travail accompli par ses hommes lors de la première portion floridienne du camp d’entraînement.

« C’était une prise de contact et il y avait deux objectifs. Le premier était d’essayer de se connaître tous ensemble le plus vite possible et de passer du temps ensemble sur les entraînements et en dehors. Quand on se connaît mieux, ça aide.

« Le plus important était de reprendre physiquement le chemin de la préparation. On travaillait sur l’endurance longue et on a mis en place des choses qui ont assez bien fonctionné jusqu’à maintenant. »

L’entraîneur-chef concède toutefois que certains joueurs ont peut-être été pris de court par l’intensité de la tâche.

« Les joueurs ne savaient pas à quoi s’attendre, l’année prochaine ils sauront, a-t-il admis en riant. Le préprogramme qu’on avait donné, ce n’était pas pour plaisanter. Il valait mieux le faire pour bien suivre la préparation. »

Du renfort

Il a de nouveau été question d’éventuels renforts qui se joindront à l’équipe d’autant plus que c’est très mince en défense centrale. Garde compte seulement sur Zakaria Diallo et Victor Cabrera puisque Kyle Fisher sera sur la touche jusqu’à la fin du printemps.

« Il n’y a pas de profondeur de banc, surtout avec l’opération à Kyle, a-t-il reconnu. C’est quelque chose qui n’était pas prévu dans mes plans. J’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu et ce qu’on m’en a dit sur sa mentalité.

Je ne vous cache pas qu’on travaille sur ce secteur de jeu et j’attends quelqu’un supplémentaire. »

On ne sait pas encore quelle forme prendra l’aide. N’empêche que l’équipe a acquis une place de joueur étranger cette semaine. Il a beaucoup été question de l’Argentin Nehuén Paz, dont la situation semble encore très floue même s’il est acquis qu’il sera avec le club argentin Lanus jusqu’en juin.

« C’est un cas qui n’est pas compliqué, mais il y a eu quelques rebondissements dont je ne peux pas vous donner les détails. Mais c’est un joueur qui est dans les tuyaux, on va dire. »

Garde compte peut-être aussi sur l’Europe pour compléter son effectif.

« Le marché européen est fermé et il y a des joueurs qui sont restés sur le carreau alors il y a peut-être encore des opportunités. »

Principes de jeu

Même si l’équipe a surtout travaillé l’aspect physique la semaine dernière, Rémi assure qu’il a commencé à implanter sa philosophie de jeu.

« On a déjà abordé la tactique, je sais que c’est un sujet qui revient très souvent. On a déjà fait pas mal de jeux tactiques. Elle ne se travaille pas uniquement à onze contre onze.

« Ça ne consiste pas à se concentrer sur un seul système. Il y a des principes de jeu qui, pour moi, sont supérieurs au système de jeu. On peut très bien jouer dans plusieurs systèmes tout en ayant les mêmes principes. »

Conscient des lacunes défensives de l’équipe, Rémi Garde va mettre l’accent sur cet aspect.

« On a déjà commencé sur les principes défensifs et sur quelques principes offensifs. J’ai envie de me concentrer au départ sur les principes défensifs parce que si on regarde la saison dernière, et sans poser de jugement, je pense que c’est là où l’équipe a besoin de se rassurer un peu. »

S’adapter

Rémi Garde entend par ailleurs s’adapter à l’équipe qu’il a sous la main même si sa préférence est claire.

« Quand on me demande ce que je préfère, c’est sûr que je préfère entraîner une équipe qui a la possession du ballon, mais je suis pragmatique. Peut-être qu’en fonction de l’équipe que j’aurai ou de son état de forme ou peut-être en fonction de l’adversaire, si je sais qu’on ne va pas y arriver pour différentes raisons ou que je ne suis pas sûr de moi dès le départ, on va mettre l’équipe dans une autre configuration et essayer de gagner le match. »

On sent qu’il va beaucoup insister sur les petits détails qui peuvent faire la différence.

« Ce qui m’importe, ce sont les phases de transition et ça fonctionne des deux côtés.

« Je ne suis pas là pour démontrer à tout le monde et toute la ligue qu’on est plus forts et plus beaux que les autres parce qu’on arrive d’ailleurs. Il y a beaucoup d’humilité. »