/news/consumer
Navigation

Le prix du lait subit une augmentation de 4 à 6 cents

Le prix du lait subit une augmentation de 4 à 6 cents
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les consommateurs paient leur deux litres de lait 4 à 6 cents plus cher depuis jeudi, puisque l’augmentation des prix demandée par les laiteries a été acceptée.

Une famille qui boit une quantité de quatre litres de lait par semaine pourrait donc débourser jusqu’à 10 sous de plus pour s’en procurer.

Un litre de lait 2 % devrait se vendre autour de 1,85 $, le contenant de deux litres à 3,66 $, soit près du prix maximum permis. Et celui de 4 litres devrait être plus près du coût minimum, à 6,39 $, dans la majorité des régions du Québec.

Le prix du lait était resté stable depuis deux ans. C’est la Régie des marchés agricoles et alimentaires qui détermine les montants minimum et maximum du lait sur les tablettes de la province.

Le Conseil des industriels laitiers du Québec, qui représente les laiteries comme Agropur, avait fait une demande d’augmentation de 3,48 % du prix en se basant sur trois critères : l’augmentation de leurs propres coûts, la capacité de payer des consommateurs et l’indice des prix à la consommation, explique Charles Langlois, président-directeur général du Conseil.

<b>Charles Langlois</b></br>
<i>Conseil des industriels laitiers</i>
Photo courtoisie
Charles Langlois
Conseil des industriels laitiers

Moins que l’inflation

« Cette augmentation correspond à environ 0,6 % par année sur deux ans pour les consommateurs, ce qui est en deçà de l’inflation. Je pense donc qu’ils ne devraient pas être attristés ou choqués par cette hausse », insiste-t-il.

Les détaillants ont aussi réussi à obtenir une petite marge de manœuvre puisque la différence entre les prix minimum et maximum est maintenant de 16 ¢, plutôt que les 15 ¢ qui prévalaient depuis 2005, souligne Florent Gagné, président-directeur général de l’Association des détaillants en alimentation.

Cette hausse permettra notamment à des propriétaires de petits commerces de souffler un peu. Certains d’entre eux avaient menacé l’an dernier de ne plus vendre de lait, devant de faibles marges.

Baisse pour les fermiers

Les producteurs de lait quant à eux verront en contrepartie le prix à la ferme baisser cette année.

« Le prix du lait au détail est établi en fonction du prix du lait à la ferme et des autres coûts, comme celui de la transformation. Cette année, le prix du lait à la ferme n’est pas l’élément justificateur de la hausse puisqu’il est en légère diminution. Les producteurs auront 1 cent de moins le litre de lait », précise François Dumontier, des Producteurs de lait du Québec.