/news/provincial
Navigation

Les Nouvelles-Casernes s’invitent dans la réflexion sur l’Hôtel-Dieu

Les Nouvelles-Casernes s’invitent dans la réflexion sur l’Hôtel-Dieu
Photo d'archives, JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Coup d'oeil sur cet article

À l’abandon depuis des décennies, les Nouvelles-Casernes du Vieux-Québec ont fait surface dans les discussions, jeudi, au premier jour des travaux pour trouver une nouvelle vocation à l’Hôtel-Dieu situé tout près.

Les ministres Gaétan Barrette et Sébastien Proulx ainsi que le maire Régis Labeaume ont pris part à une première rencontre de travail formelle avec les Augustines pour définir l’avenir de l’établissement lorsque ses activités seront déménagées au mégahôpital à l’Enfant-Jésus.

Les religieuses ont présenté leur vision qui comprend notamment un centre de soins palliatifs, un milieu de vie pour jeunes en perte d’autonomie et de la recherche en santé globale et préventive.

Mais le chantier qui se mettra en branle lors du déménagement, qui doit être complété vers 2025, sera «plus vaste que cela», a ensuite précisé Gaétan Barrette.

«On est en train de formaliser un projet qui est étendu, qui vient rassembler le monastère, l’Hôtel-Dieu, qui vient se connecter à du développement urbain (...) et on a même réfléchi, aujourd’hui, à la possibilité de greffer à toute cette décision les casernes», a glissé le ministre.

L’édifice militaire construit en 1750 fait l’objet de travaux de restauration depuis l’automne, mais les efforts pour lui trouver une nouvelle vocation sont demeurés vains à ce jour.

Gaétan Barrette a aussi souligné qu’il était «absolument certain» qu’une clinique médicale logerait à l’Hôtel-Dieu. Un projet de centre de jour est également dans les cartons.

Labeaume «soulagé»

Le maire Régis Labeaume a accueilli favorablement ces propositions. «Ça me plaît, je suis en harmonie avec le plan (...). L’idée en même temps qu’on puisse embarquer dans cette vision de l’utilisation des Nouvelles-Casernes, ça me soulage, honnêtement (...). Les intentions du gouvernement sont de plus en plus claires», s’est-il réjoui.

M. Labeaume s’est dit rassuré par la vision gouvernementale qui devrait permettre, selon lui, d’éviter un «creux économique» lorsque le personnel de l’Hôtel-Dieu désertera les lieux. «Je pense qu’on peut gagner à tous points de vue en termes de capacité de consommation, de clientèle et de travailleurs de qualité, alors moi je suis très à l’aise», a-t-il dit.

D'ailleurs, son engagement d'amener 500 nouveaux résidents dans le Vieux-Québec tient toujours, a-t-il mentionné. «Actuellement, on a quatre projets résidentiels sur la table. On va vous les présenter éventuellement», a-t-il annoncé.

Les représentants du gouvernement provincial ont déclaré qu’ils préciseraient leurs intentions avant la fin de 2018.