/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Fugueuse: la vérité choque

Ludivine Reding déambulant dans les rues de Montréal dans la série Fugueuse.
Photo Courtoisie TVA Ludivine Reding déambulant dans les rues de Montréal dans la série Fugueuse.

Coup d'oeil sur cet article

J’ai visionné deux fois sur Illico le dernier épisode de Fugueuse et je ne comprends toujours pas ce qu’il y a de si choquant dans la scène de viol collectif.

L’excellente série de Michelle Allen montre l’horreur à laquelle sont confrontées les jeunes qui tombent dans les griffes d’un mauvais garçon. Ce n’est pas un film de princesse de Disney ni un épisode de Passe-Partout.

LA VIE DEVANT SOI

La scène de viol vous a choqué ? Vous pensiez qu’elles faisaient quoi, les jeunes fugueuses ? Qu’elles buvaient des Shirley Temple en écoutant le dernier disque d’Annie Brocoli et en se faisant des minouche, minouche avec leur pimp ?

Mon fils n’a que 9 ans, c’est un peu tôt pour le sensibiliser aux côtés sombres de la vie. Mais si j’avais un ado à la maison, j’aurais écouté Fugueuse avec lui. On en aurait jasé avant, pendant et après. On aurait parlé de ses amis/amies qui ont peut-être de drôles de fréquentations. Je lui aurais dit que même si on se chicane parfois, je serai toujours là pour lui, pour l’écouter. Et que si quelqu’un lui fait croire qu’il peut avoir une vie facile en lâchant l’école et en fuyant ses parents, cette personne-là ne veut pas son bien. Bref, on aurait jasé.

Oui, Fugueuse est une série rough. Ce n’est pas Pretty Woman, un portrait rose bonbon de ce qu’est le monde de la prostitution.

Oui, Fugueuse, c’est violent. Si tu montres la vie d’un boxeur, il y a des chances qu’on montre un combat, sur le ring, avec de gros plans de sang qui gicle.

Dans le fond, dans ce dossier, les paroles les plus sages ont peut-être été écrites sur Facebook par Ludivine­­­ Reding, qui joue Fanny : « Je comprends que l’épisode a dû être difficile à regarder pour certaines personnes, mais malheureusement, c’est des actes de violence qui arrivent dans la vraie vie. Fugueuse voulait juste sensibiliser les jeunes à ce monde-là. La scène n’est pas là pour choquer, mais pour lancer un message en fait...

Il y a déjà plusieurs jeunes filles qui m’ont écrit pour me dire qu’elles se reconnaissaient dans Fanny, pis que cela leur avait enlevé le goût de fuguer. »

Si une jeune fille, une seule, a pu changer d’idée après avoir vu l’épisode 4, si une vie a été sauvée grâce à une émission de télé, alors Michelle Allen pourra se féliciter d’avoir fait œuvre utile.

La télé, ce n’est pas juste pour nous vendre du rêve. C’est aussi pour nous décrire des cauchemars.

MISE AU POINT

Dans ma dernière chronique, j’affirmais avoir mis la main sur les fameux courriels censurés entre Mélanie Joly et Netflix. Ça me paraissait aussi évident que le nez au milieu du visage que ces courriels étaient pure invention de ma part. Un indice : pensez-vous vraiment qu’une ministre dit LOL et WTF dans un courriel envoyé à une multinationale ?

Mais le fait que certains lecteurs aient vraiment cru que la ministre du Patrimoine pouvait écrire ça m’en dit long sur la haute opinion que certains ont d’elle.

J’ai eu recours à l’ironie, au deuxième degré et à l’humour. Note à moi-même : ne plus jamais avoir recours à l’ironie, au deuxième degré et à l’humour.