/finance/business
Navigation

La croissance risque d’être menacée

D’ici 2035, 538 000 nouveaux emplois en tourisme seront à pourvoir au Canada

Il arrive que la directrice de l’établissement C3 Hôtel de la Grande Allée Ouest à Québec, Isabelle Ouellet, doive faire la plonge dans les cuisines quand le serveur est débordé.
Photo Stevens LeBlanc Il arrive que la directrice de l’établissement C3 Hôtel de la Grande Allée Ouest à Québec, Isabelle Ouellet, doive faire la plonge dans les cuisines quand le serveur est débordé.

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de main-d’œuvre qui prévaut dans l’industrie touristique risque de limiter la pleine expansion de ce secteur. Selon les experts, pas moins de 538 000 nouveaux emplois seront à pourvoir d’ici 2035 à l’échelle du pays.

Avec plus de 750 000 visiteurs par année, le Zoo de Granby a besoin de 750 travailleurs pour fonctionner. S’il peut compter sur une base de 150 salariés réguliers, il reste que l’entreprise mise beaucoup sur une main-d’œuvre étudiante.

« On a la chance d’attirer les candidatures parce qu’on offre un environnement de travail ludique », affirme Laurent Guilbault, directeur des ressources humaines.

Toutefois, les postes en restauration offerts sur le site sont plus difficiles à combler, observe-t-il.

Même son de cloche au Village Québécois d’Antan à Drummondville. La directrice des ressources humaines, Danielle Chayer, reconnaît que les postes de cuisiniers, aides-cuisiniers, serveurs et maîtres d’hôtel sont un « casse-tête » à pourvoir.

Double défi

Le Village Québécois d’Antan, qui embauche 150 personnes durant l’été, fait face à un double défi : celui de trouver des candidats capables de faire de l’animation et d’incarner à la fois des personnages folkloriques.

« On représente un village. Donc, nous avons besoin de grands-parents, de parents et de jeunes. Les grands-parents, ça ne sera jamais une difficulté à recruter, car la population est vieillissante. Par contre, ce qui est plus problématique, ce sont les 25 à 45 ans. »

« Comme ce sont des emplois saisonniers et qu’on est au Centre-du-Québec, quelqu’un ne déménagera pas à Drummondville pour un été. Cela ajoute aux difficultés auxquelles on fait face. Jusqu’à présent, on s’en est tiré plutôt bien, mais ça va devenir un problème à court et moyen termes », ajoute Mme Chayer.

Isabelle Ouellet, directrice au C3 Hôtel à Québec, assure que les employeurs doivent faire preuve d’une grande flexibilité pour espérer garder leurs employés quitte à mettre la main à la pâte à l’occasion.

« S’il y a un pépin à la dernière minute, c’est moi qu’on appelle à 5 heures du matin ! C’est souvent moi qui vais prendre les appels qui débordent à la réception ou qui vais aller faire la plonge dans la cuisine parce que le serveur est débordé », relate Mme Ouellet.

Avant que l’hôtel confie en sous-traitance l’entretien des chambres, il n’était pas rare non plus qu’elle prenne le plumeau.

« Le mot-clé, c’est la créativité. Notre entreprise a connu une très grande croissance dans la dernière année. Par le fait même, nous avons créé des emplois. Nous sommes passés de 500 à 900 employés en période de pointe, ce qui est substantiel », a dit Sylvain Lauzon, vice-président principal et chef de la direction du groupe qui comprend le Village Vacances Valcartier.

Une navette pour les employés

Étant donné que le site se trouve à une trentaine de kilomètres du centre-ville de Québec, l’entreprise vient de mettre en place son propre système de navettes pour offrir le transport à ses employés. Grâce à ce service, l’entreprise a embauché 15 personnes dès la première semaine.

Selon l’organisme RH Tourisme Canada, la croissance potentielle du tourisme est si énorme que la main-d’œuvre disponible pourrait ne pas suffire pour répondre à la demande. Des hausses de salaire pourraient réduire l’écart entre l’offre et la demande de main-d’œuvre, mais elles limiteraient aussi la croissance du secteur en raison de la hausse des coûts et des prix qui en découlerait, ajoute-t-on.

 

Le tourisme connaît la croissance la plus rapide à travers le monde

  • 674 millions d’arrivées de touristes en 2000 au Canada
  • 1,4 milliard d’arrivées attendues d’ici 2020
  • 32 % de la main-d’œuvre en tourisme est âgée de 15 à 24 ans
  • De 2015 à 2021, le nombre d’individus âgés dans cette branche diminuera de 249 000

Source : RH Tourisme Canada