/weekend
Navigation

Rencontre dans l’au-delà

Rencontre dans l’au-delà
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La célèbre pièce de Michel Marc Bouchard, Le chemin des passes-dangereuses, qui a vu le jour chez Duceppe en 1998, sera reprise à ce même théâtre, dans une nouvelle mise en scène. Maxime Denommée, Félix-Antoine Duval et Alexandre Goyette y camperont le rôle de trois frères qui viennent de subir un accident de voiture à l’endroit même où leur père est décédé 15 ans auparavant.

Cette route, bien réelle dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a été surnommée le chemin des Passes dangereuses, en raison des nombreux accidents de la route qui y sont survenus. En plus de cette étrange coïncidence, les trois frères, qui ne se voient que très rarement, prenaient place dans la même voiture pour se rendre au mariage de l’un d’eux.

Ce jour-là, quelques heures avant le mariage, l’aîné décide de faire un détour à son camp de pêche, où le père s’est noyé 15 ans plus tôt.

« Les trois frères ont pris des directions bien différentes », fait remarquer le comédien Maxime Denommée.

Victor, l’aîné (Alexandre Goyette), est demeuré dans sa région natale pour s’établir à Alma, où il plante des arbres pour gagner sa vie. Ambroise (Maxime Denommée), de son côté, s’est installé à Montréal pour devenir galeriste, tandis que Carl, le cadet (Félix-Antoine Duval), est déménagé à Québec et travaille dans un Costco. Les trois frères vivent des réalités bien différentes. « Mon personnage, Ambroise, était en couple avec un homme qui se meurt du sida », confie Maxime Denommée.

Un huis clos

Pendant que les trois frères attendent les secours à la suite de leur accident, ils n’auront d’autre choix que de se parler, parce que « c’est aussi une pièce sur la difficulté des hommes à communiquer », souligne Maxime Denommée.

D’abord, ils se remémorent leurs souvenirs d’enfance, ­puis la mort de leur père, un sujet particulièrement tabou. « Les trois enfants avaient honte de leur père, un poète qui faisait souvent l’objet de ­moqueries », révèle le comédien. « Ils vont revivre des moments de ­culpabilité. »

Pour cause, ce sont les trois enfants qui sont, en partie, ­responsables de la mort de leur père emporté dans les rapides, après avoir insisté pour qu’il s’y baigne, bien qu’ils le savaient ivre et ­incapable de nager.

Accident suicidaire

On comprendra que l’accident a été mortel et volontaire. C’est le camion de Victor qui a percuté une perdrix dans une courbe, pour ensuite déraper avant d’effectuer quelques tonneaux, alors qu’il roulait à vive allure.

Leur discussion sera en fait une rencontre dans l’au-delà.

On suit Maxime Denommée dans la série télé O’ à TVA.

Le chemin des passes-dangereuses

  • Auteur : Michel Marc Bouchard
  • Mise en scène : Martine Beaulne
  • Distribution : Maxime Denommée, Félix-Antoine Duval et Alexandre Goyette
  • Du 14 février au 24 mars
  • Au Théâtre Duceppe