/finance/news
Navigation

S’endetter pour protéger son petit-fils

VI_Bus_012
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Lucille et Michel sont deux retraités dans la soixantaine. Des démêlés juridiques pour obtenir la garde légale de leur petit-fils les a toutefois mis dans une situation financière difficile.

Il y a quelques années, le couple a entrepris des démarches judiciaires afin de demander la garde de leur petit-fils et assurer ainsi sa protection. Le fils de Lucille et Michel ainsi que sa conjointe avaient en effet des problèmes de consommation de drogue, ce qui mettait en danger la santé et la sécurité de l’enfant. Les procédures ont été longues et coûteuses. « Ils ont eu recours au crédit pour payer les frais judiciaires, d’avocat, de travailleurs sociaux, de psychologues, etc. Ils ont aussi réhypothéqué leur maison et contracté un prêt personnel auprès de leur institution financière. Au bout du compte, ils ont fini par gagner leur cause, mais ils se retrouvent avec des dettes de 87 000 $ et ne parviennent plus à effectuer les paiements minimums », explique Rachel Bouchard, syndic autorisé en insolvabilité chez Raymond Chabot.

Lourd fardeau de dettes

Lorsque Lucille et Michel ont rencontré Rachel Bouchard, ils étaient au bout du rouleau et vivaient beaucoup de stress. Durant le processus judiciaire qui a duré environ cinq ans, Lucille est même tombée malade et touche depuis une rente d’invalidité. Le couple doit faire face à des paiements mensuels de 5016 $ par mois pour les dépenses courantes, incluant des frais médicaux et de travailleurs sociaux importants. À cela s’ajoutent des versements de 1900 $ par mois pour rembourser des dettes de 32 000 $ sur leurs quatre cartes de crédit (1200 $) et leur prêt personnel de 55 000 $ (700 $). Par conséquent, même s’ils bénéficient de revenus de retraite confortables de 5866 $ par mois, ils ne parviennent plus à joindre les deux bouts.

« Ils ont essayé d’obtenir un prêt pour consolider leurs dettes, mais sans succès. Ce n’est pas surprenant, compte tenu de leur âge, du fait qu’ils sont à la retraite, que leur maison a déjà été réhypothéquée et n’a plus aucune équité », remarque Rachel Bouchard.

D’ailleurs, même si ce prêt leur avait été accordé, il n’est pas certain que cela constituerait la meilleure solution. En effet, un emprunt de 87 000 $ sur 10 ans avec un taux d’intérêt de 10,99 % aurait représenté des paiements mensuels de 1197 $ par mois, pour un montant total de 143 640 $ avec les intérêts.

Une solution à leur portée

« Le couple voulait éviter la faillite et préférait faire face à ses obligations selon sa capacité de paiement. En cas de faillite, Lucille et Michel auraient sans doute pu conserver leur maison, mais ils auraient quand même perdu le REEE mis de côté pour les études de leur petit-fils (7000 $), car le REEE aurait été saisi », fait valoir Rachel Bouchard. Devraient-ils décaisser leur REER de 45 000 $ pour régler une partie de la dette ? Compte tenu de leur âge et de la charge d’un jeune enfant, cette option n’était pas une bonne solution.

Le syndic de faillite leur a plutôt conseillé de faire une proposition de consommateur à leurs créanciers. Après quelques négociations, celle-ci a été acceptée à raison de 51 000 $ payables en 60 versements mensuels de 850 $, sans intérêts. Cette proposition permet de liquider le total des dettes de 87 000 $ tout en conservant le REEE et le REER. « Au moment de l’annonce de l’accord des créanciers, le couple était très émotif, mais aussi très soulagé. Ils peuvent désormais regarder vers l’avenir et s’occuper de leur petit-fils », conclut Rachel Bouchard.

Leur situation financière

Actifs :

  • Résidence : valeur de 247 000 $, aucune équité
  • Véhicule : aucune équité, solde à payer 18 000 $
  • REER : 45 000 $ (insaisissable en cas de faillite)
  • REEE pour leur petit-fils : 7000 $ (saisissable en cas de faillite)

Dettes :

  • Prêt personnel : 55 000 $, versement mensuel de 700 $
  • Cartes de crédit (4) : 32 000 $ portant intérêt (9,5 à 19 %), paiement mensuel de 1200 $
  • Total : 87 000 $, paiement mensuel de 1900 $

Revenus mensuels :

  • 5866 $ (retraite plus rente d’invalidité)

Dépenses mensuelles :

  • 5016 $ (hypothèque, épicerie, assurances, paiement auto, essence, frais de santé, etc.)