/news/provincial
Navigation

Le départ d’un «père spirituel»

Des centaines de personnes rendent hommage à Mgr Maurice Couture

Des centaines de personnes sont venues saluer Mgr Maurice Couture, qui était exposé en chapelle ardente toute la journée dimanche. Ci-dessus, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix serre la main d’une fidèle venue rendre hommage au défunt.
Photo Annie T. Roussel Des centaines de personnes sont venues saluer Mgr Maurice Couture, qui était exposé en chapelle ardente toute la journée dimanche. Ci-dessus, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix serre la main d’une fidèle venue rendre hommage au défunt.

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont été des centaines à défiler à l’église Sainte-Angèle-de-Saint-Malo, dans Saint-Sauveur, dimanche, pour rendre hommage à Mgr Maurice Couture, décédé le 19 janvier dernier à l’âge de 91 ans. Un homme décrit comme étant authentique, bon communicateur, généreux, mais surtout vif d’esprit et près de sa communauté.

« Il laisse le témoignage d’un homme de proximité. Si vous saviez le nombre de personnes qui m’ont dit qu’ils le considéraient comme un ami, un mentor et un père. C’est pratiquement neuf personnes sur dix », raconte le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, à quelques pas d’une longue file de fidèles patientant pour dire au revoir à l’homme d’Église.

Archevêque de Québec durant 12 ans, Mgr Maurice Couture restait un homme simple et accessible en dépit de sa haute fonction ecclésiastique.

« C’était un homme passionné et toujours là lorsqu’il y avait des événements heureux ou malheureux. Il était comme un père pour nous. Ce qui m’a beaucoup plu de lui, c’est qu’il avait toujours la capacité de s’indigner, même dans ses 90 ans », soutient sa nièce Colette Couture.

Mgr Maurice Couture
Photo Jean-Francois Desgagnés
Mgr Maurice Couture

« Apartheid social »

Tout au long de sa vie, Mgr Couture s’est consacré corps et âme à la cause des plus démunis. Figurait d’ailleurs parmi ses dernières volontés d’être exposé à l’église Saint-Malo, dans Saint-Sauveur, un quartier où il a travaillé étroitement avec plusieurs organismes communautaires.

Ce désir de se porter à la défense des personnes démunies n’arrêtait devant rien. En 1997, il écrivait qu’« être pauvre » dans une société d’abondance comme la nôtre était « une sorte d’apartheid social ». Un choix de mot qui avait irrité le premier ministre de l’époque, Lucien Bouchard, qui l’avait invité à peser ses mots.

« Ces mots étaient soigneusement choisis et soulignés », se rappelle aujourd’hui Jacques Côté, un ami proche qui a travaillé huit ans auprès de Mgr Couture comme secrétaire personnel et attaché de presse.

« Deux mots revenaient souvent dans sa pensée : partage et solidarité », rappelle M. Côté.

Esprit vif

Mgr Maurice Couture ne faisait pas ses 91 ans, tant de corps que d’esprit. Quelques jours avant son décès, il se gardait encore bien informé en feuilletant son journal. Il était « un critique social très éclairé », estime Jacques Côté.

Et pour cause, Mgr Maurice Couture était un éminent progressiste. Oreille attentive aux questions touchant les plus démunis, il a également milité pour une place accrue pour les femmes au sein de l’Église et pour que les hommes d’Église puissent se marier.

« Il voyait l’importance de mettre en poste de responsabilités des hommes et des femmes laïques. Ça a pris du courage, et nous on poursuit cette route », assure le cardinal.

Un dernier adieu lui sera rendu aujourd’hui, alors que seront célébrées ses funérailles à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec. La cérémonie se tiendra à compter de 14 h et sera webdiffusée sur le site internet de l’Église catholique de Québec.

Faits marquants

1926 : Né le 3 novembre à Saint-Pierre-de-Broughton (Chaudière-Appalaches).

1951 : Ordonné prêtre chez les religieux de Saint-Vincent-de-Paul.

1965 à 1970 : Recteur fondateur du Séminaire intercommunautaire de Cap-Rouge

1982 : Nommé évêque auxiliaire de Québec, puis nommé évêque de Baie-Comeau en 1988.

1990 : Promu archevêque de Québec.

1993 à 1995 : Président de l’Assemblée des évêques du Québec

2007 : Récipiendaire du prix Fernand-Dumont, remis à une personne qui a contribué à l’actualisation de la foi chrétienne ou à la compréhension du pluralisme religieux et spirituel au Québec.


Un lien particulier

C’était en 1988. Alors qu’il était évêque titulaire de Talattula et auxiliaire de Québec, c’est à Mgr Maurice Couture qu’incombe la tâche d’ordonner prêtre un jeune homme de 31 ans, Gérald Cyprien Lacroix. Depuis, un lien particulier a uni les deux hommes.

« C’était vraiment un père spirituel pour moi. Un homme pour qui j’avais une admiration sans bornes. Je l’admirais et j’ai appris en le regardant vivre. On avait du plaisir à le regarder vivre », confie celui qui, 30 ans plus tard, jouit du titre de cardinal-prêtre et d’archevêque de Québec.


Rencontre inoubliable

Des paroissiens resteront marqués par les moments où ils ont côtoyé Mgr Couture. Huguette et Raynald, rencontrés dimanche à l’occasion de la chapelle ardente, n’ont pas oublié la confirmation de leur fille Nathalie à la fin des années 1980, processus au cours duquel ils ont côtoyé Mgr Maurice Couture.

« J’étais dans le comité et il était venu aux réunions. Ça m’avait touchée », se souvient Huguette, qui a été marquée par « la grande simplicité » de l’homme d’Église.

« Il nous acceptait tel qu’on était. On n’était pas gênés de lui parler, et lui aussi était à l’aise », ajoute son conjoint Raynald.

« Tantôt, j’ai touché son cercueil. On a vécu des choses cette semaine et je lui ai tout confié ça tantôt. Je lui ai demandé s’il pouvait partir avec ça et s’en occuper. C’était un être spécial », confie Huguette.