/sports/others
Navigation

« On sait qu’il est avec nous »

L’équipe du canotier décédé a participé à la prestigieuse course carnavalesque

Les membres de l’équipe La Korrigane, en reconstruction depuis le soudain départ de leur confrère Daniel Malenfant dans un accident de canot, en décembre, ont malgré tout participé à la prestigieuse course du Carnaval. Ils en étaient à leur deuxième depuis le début de la saison. L’émotion était palpable parmi ces concurrents.
Photo Annie T. Roussel Les membres de l’équipe La Korrigane, en reconstruction depuis le soudain départ de leur confrère Daniel Malenfant dans un accident de canot, en décembre, ont malgré tout participé à la prestigieuse course du Carnaval. Ils en étaient à leur deuxième depuis le début de la saison. L’émotion était palpable parmi ces concurrents.

Coup d'oeil sur cet article

La course en canot du Carnaval de Québec s’est déroulée sous le signe de la mémoire et de la guérison, dimanche, pour les camarades du canotier disparu qui ont choisi de se lancer sur les glaces du fleuve malgré les tristes événements.

La plus prestigieuse étape du Circuit québécois de canot à glace a pris un autre sens pour les coéquipiers de Daniel Malenfant, 39 ans, décédé en décembre dernier après que son embarcation eut chaviré dans les eaux glaciales du Saint-Laurent.

Après quelques semaines d’hésitation, les membres de La Korrigane ont choisi de reprendre du service.

« On est toujours tristes et on pense tout le temps au 13 décembre, on pense toujours à Daniel qui nous a quittés, mais en même temps, on a décidé qu’on voulait continuer et qu’on voulait faire la saison pour l’honorer », a confié Simon Théberge, qui a rejoint le groupe il y a deux ans.

« Dan, c’était un leader, un très grand canotier aussi. Tout le monde le connaissait, alors c’est un immense vide qu’on n’arrivera jamais à combler, mais on fait du mieux qu’on peut », a-t-il exprimé.

L’équipe en était à sa deuxième course officielle depuis le tragique accident. « C’était très émotif, a souligné M. Théberge à propos de leur première course il y a deux semaines, à Portneuf. On a beaucoup pleuré avant, pendant et après, mais on est contents de l’avoir fait. Ça nous a permis d’avancer dans le deuil. »

Plus de plaisir, moins de compétition

Michel Maltais, également de La Korrigane, avait lui aussi des sentiments partagés à la fin de la course du Carnaval. « On fait notre deuil, tous, puis c’est sûr que pour Daniel, c’était une de ses grandes passions, alors arrêter ça, ça n’aurait pas été correct », croit-il.

Depuis l’accident, les motivations ne sont plus tout à fait les mêmes au sein du groupe, a-t-il observé. Sans avoir complètement disparu, l’esprit de compétition s’est amenuisé pour permettre aux coéquipiers d’embrasser plus simplement la passion qui les unit. « On essaie de prendre plus de plaisir et de débarquer du compétitif. On veut avoir du fun », a résumé M. Maltais.

La Korrigane a finalement terminé en sixième position dans la catégorie Sport.

Parmi les autres équipes, beaucoup avaient aussi une pensée pour leur confrère décédé. « C’est sûr qu’on y pense toujours, mais je crois que s’il était là, il aurait foncé sur le fleuve et il aurait fait la course, alors il faut continuer à aller dans cette veine-là », a mentionné un membre de cette communauté tissée serrée, Pascal Bussières.

Encore plus de sécurité

La mort d’un canotier a aussi servi un triste rappel aux coureurs à savoir que leur sport comportait des risques. Près de deux mois après les faits, une grande réflexion s’est amorcée à l’Association des coureurs en canot à glace pour revoir les protocoles de sécurité.

Elle tentera notamment de déterminer comment accélérer la venue des secours en situation d’urgence. « On veut voir s’il y a une possibilité, et s’il n’y en a pas de plus rapide, il faut établir comment on peut se sauver nous-mêmes », a dit sa directrice générale, Catherine Paquin, en rappelant toutefois que la sécurité était une valeur centrale pour les siens depuis longtemps.

Il remporte sa 25e victoire

Les membres de l’équipe La Korrigane, en reconstruction depuis le soudain départ de leur confrère Daniel Malenfant dans un accident de canot, en décembre, ont malgré tout participé à la prestigieuse course du Carnaval. Ils en étaient à leur deuxième depuis le début de la saison. L’émotion était palpable parmi ces concurrents.
Dominique Lelièvre

Après une deuxième place crève-cœur l’an dernier, Jean Anderson, 36 ans de carrière, a finalement atteint la marque des 25 victoires dans la mythique course en canot du Carnaval de Québec.

« Je suis vraiment sur un nuage ! Quand tu vois tous les efforts que tu mets chaque année et que tu récoltes une victoire de même, c’est extraordinaire, c’est quelque chose », s’exclamait le vétéran de 58 ans, débordant de joie quelques minutes après avoir franchi la ligne d’arrivée.

« La course du Carnaval est là depuis le début, c’est vraiment le Super Bowl des courses de canot à glace. C’est certain qu’on aime gagner le circuit, mais c’est quelque chose de gagner la course du Carnaval », se réjouissait le sportif qui a terminé le parcours en 1 h 7 min 32 s avec ses coéquipiers du Château Frontenac / Le Soleil.

L’équipe s’est rapidement assuré une confortable avance sur ses adversaires de La Capitale (1 h 13 min 35 s), qui lui avaient ravi la position de tête un an plus tôt. Les vainqueurs de la précédente édition se sont plutôt battus pour la deuxième place dans une chaude lutte qu’ils ont perdue aux mains de l’équipe Volvo (1 h 12 min 2 s) dans une finale enlevante.

Pour sa part, Anderson savourait par le fait même une 94e victoire toutes compétitions confondues. Il ambitionne maintenant d’atteindre le cap des cent victoires.

Chez les femmes

Dans la catégorie Élite Femmes, Financière Banque Nationale (1 h 15 min 24 s) a négocié le haut du podium dans une course à trois qui a tenu en haleine un bon moment la foule nombreuse au Bassin Louise. La capitaine Catherine Paquin et son équipe ont finalement eu le dessus sur Groupe Voyages Québec (1 h 24 min 58 s), qui a terminé deuxième.

Les athlètes ont par ailleurs apprécié la nouvelle formule de l’événement, les départs se faisant en deux temps pour réduire le trafic des canots sur le fleuve. Une nouvelle catégorie mixte de calibre élite a aussi fait son apparition, couronnant G.F.F.M. Leclerc (1 h 37 min 10 s).

Finalement, dans la catégorie Sport, Normandin s’est imposé avec un temps de 1 h 4 min 50 s. Au total, 58 équipes de canot prenaient part à la compétition. La prochaine course aura lieu à Montréal le 12 février.