/news/green
Navigation

Les planètes de Trappist-1 rocheuses et peut-être riches en eau

Les planètes de Trappist-1 rocheuses et peut-être riches en eau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Les sept planètes récemment découvertes en orbite autour de la petite étoile Trappist-1 située dans notre galaxie à 40 années-lumière de la Terre sont rocheuses, contiendraient de l’eau et pourraient en théorie héberger la vie, annoncent lundi des chercheurs étudiant ce système lointain.

« Tous les signaux pour l’instant étudiés sont au vert », a déclaré Amaury Triaud, astronome de l’Université de Birmingham, coauteur d’une étude publiée lundi. « Pour l’instant aucune donnée ne nous permet de dire qu’elles ne sont pas habitables ».

En février 2017, une équipe internationale avait fait sensation en annonçant avoir découvert autour de l’étoile naine, peu lumineuse et ultra-froide, un fascinant système de sept exoplanètes d’une taille proche de celle de la Terre. Ils avaient ajouté que trois de ces exoplanètes (Trappist-1 e, f et g) se trouvaient dans la zone « habitable » du système, c’est-à-dire susceptible d’abriter de l’eau liquide en surface.

Depuis les astronomes disposent de plus d’informations sur l’étoile, ses planètes et leurs atmosphères.

Ils ont notamment pu affiner leurs mesures de la taille et de la masse des planètes déterminant que les sept planètes étaient principalement rocheuses et que certaines pourraient avoir jusqu’à 5% de leur masse composée d’eau. À titre de comparaison, l’eau ne constitue que 0,1 % de la masse de la Terre.

En ce qui concerne les chances des planètes d’héberger la vie, « nous ne pouvons rien dire à ce stade, car elles sont très différentes de la seule planète qui abrite la vie (la Terre) », a déclaré à l’AFP Amaury Triaud.

« Mais elles ont des caractéristiques appropriées et représentent à ce jour le meilleur endroit au-delà de notre système où rechercher des signes d’habitabilité et des signes de vie », a-t-il ajouté.

« En termes de taille, de densité et de quantité de rayonnement reçu de la part de son étoile, la quatrième planète est la plus semblable à la Terre. Il semblerait que ce soit la planète la plus rocheuse de toutes même si la présence d’eau n’est pas exclue », précise un communiqué du CNRS qui a participé aux études.

Ces travaux sont publiés dans les revues Nature Astronomy et Astronomy and Astrophysics.