/finance/business
Navigation

Menace de cyberattaques pas assez prise au sérieux

Le gouvernement québécois pourrait mieux s’y préparer

Le fondateur et président exécutif du conseil de CGI, Serge
Photo courtoisie Le fondateur et président exécutif du conseil de CGI, Serge Godin, était de passage lundi à Québec devant la communauté d’affaires dans le cadre d’une activité organisée en marge du Carnaval de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec est-il bien préparé à affronter une cyberattaque ? À en croire le fondateur de CGI, on pourrait penser que non.

Bien que la protection des données soit une priorité pour une majorité d’organisations qui font appel au géant québécois de l’informatique, dont le revenu annuel s’élève à 11,5 G$, il s’avère préoccupant de constater que si peu de simulations d’hameçonnage sont effectuées pour tester les systèmes de sécurité de l’appareil gouvernemental, tant municipal que provincial.

Selon le président exécutif du conseil et fondateur de CGI, Serge Godin, 45 % des clients issus de ce secteur n’ont jamais mené une simulation d’hameçonnage auprès de leurs partenaires et de leurs fournisseurs au Québec.

Dans 9 % des cas, la dernière simulation remontait à moins de deux ans, 36 % moins d’un an et 9 % ne le savaient tout simplement pas. Toujours dans le secteur public, seulement 26 % des clients rencontrés par CGI et associés à l’appareil gouvernemental canadien n’ont jamais tenu une simulation. Chez les clients internationaux, le pourcentage tombe à 15 %.

Priorité

« Lorsque vous allez présenter cela aux clients, ils disent que c’est une priorité qu’ils doivent se donner », reconnaît M. Godin qui était le conférencier invité lundi de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

Pour 62 % des répondants du secteur public au Québec, la hausse des cyberrisques représente une priorité de premier ordre. Au Canada et à l’échelle mondiale, cet enjeu a été identifié comme la deuxième tendance qui a le plus d’incidence pour plus de 80 % des répondants.

Chaque année, CGI consulte ses clients pour connaître leur point de vue sur les tendances en TI. En 2017, plus de 1300 dirigeants issus de 10 secteurs d’activité dans 17 pays ont participé à cet exercice.

L’importance de la transformation numérique afin de répondre aux attentes des clients et des citoyens a été identifiée comme la principale tendance pour 2017. CGI emploie près de 72 500 professionnels dans 40 pays à travers le monde.