/sports/football
Navigation

Une décision qui crée des remous

Bill Belichick
Photo AFP Bill Belichick

Coup d'oeil sur cet article

MINNEAPOLIS | Bill Belichick a maintes fois pris des paris audacieux qui ont alimenté son aura de génie au fil du temps. Sa décision de clouer le demi de coin Malcolm Butler au banc s’est toutefois retournée contre lui.

Les détails sur cette étonnante décision sont évidemment rares. Belichick a indiqué qu’il ne s’agissait pas d’une raison disciplinaire. Plus tôt dans la semaine, Butler s’était déclaré malade, mais son état de santé semblait s’être amélioré.

Les Patriots ont annoncé à Butler tout juste avant le début du match que son coéquipier Eric Rowe prendrait sa place comme partant. Après la rencontre, il s’agissait du sujet de l’heure dans le clan des Patriots. « Je n’ai rien à dire là-dessus », a pour sa part laissé tomber Butler, dépité, après le match.

Quelques minutes plus tard, seul avec un reporter du réseau ESPN, il a toutefois vidé son sac en affirmant « qu’ils ont abandonné à mon sujet et j’aurais pu changer ce match ».

Belichick muet

Difficile de croire qu’un joueur comme Butler, qui n’a pas connu une saison à la hauteur des attentes, mais qui a quand même disputé la vaste majorité des jeux des siens, ait été laissé de côté sans préavis.

« Je respecte le fait que Malcolm est compétitif et qu’il croit qu’il aurait pu nous aider. Au final, nous devons prendre les décisions qui sont les meilleures pour l’équipe. C’est ce que j’ai fait. C’est tout ce que je peux dire là-dessus. »

« Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans une telle décision, mais ça nécessiterait une longue discussion », a mentionné Belichick, toujours aussi cryptique.

Joueurs surpris

Selon Pro Football Focus, Butler était sur le terrain pour tout près de 98 % des jeux défensifs des siens cette saison et aurait pris part à tous les jeux durant les deux matchs précédant le Super Bowl, en séries.

De là à dire que son unique présence aurait stoppé l’hémorragie, il y a une marge. Mais les Patriots n’auraient peut-être pas été poivrés de 538 verges, dont 374 par la passe. Il s’agissait de leur pire performance défensive cette saison sur le plan statistique.

« Il aurait pu nous aider... peut-être », a pour sa part murmuré un autre demi de coin, Stephon Gilmore.

Quant à Rowe, qui a remplacé Butler, même lui le croyait à peine. « Ce n’était pas le plan. Je ne l’ai pas su avant le botté d’envoi. Je me sens mal pour Malcolm », a-t-il commenté.