/sacchips/zonepolcan
Navigation

Une pétition pour que les élus fassent leur «job», sinon ils pourront être congédiés

Une pétition pour que les élus fassent leur «job», sinon ils pourront être congédiés
Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une pétition inusitée vient d’être lancée sur le site de la Chambre des communes. Une citoyenne de la Colombie-Britannique a profité de la reprise des travaux pour demander que les élus soient tenus par une loi de répondre de leurs promesses électorales, sans quoi leurs électeurs pourront les congédier.

«Les Canadiens doivent pouvoir croire que leur gouvernement remplira les promesses et les mandats pour lesquels il a été élu», peut-on lire dans le libellé de la pétition.

Pour y arriver, l'instigatrice de la pétition, Les Doll, propose qu’une loi soit adoptée pour permettre aux électeurs de révoquer le mandat de leur élu.

Sur sa page Facebook, elle cite en exemple la Colombie-Britannique, seule province qui a adopté ce genre de mécanisme.

Depuis 1995, en effet, un élu britanno-colombien peut être forcé de démissionner si 40 % de ses électeurs en font la demande au directeur général des élections provinciales. En 23 ans, Paul Reitsma est le seul député qui a été démis de ses fonctions de cette manière. Il avait écrit des lettres ouvertes sous de faux noms pour vanter ses réalisations. Le Parti libéral de la Colombie-Britannique l’avait même expulsé de son caucus avant de se voir définitivement montrer la porte par ses commettants.

Déposée il y a une semaine, la pétition a jusqu’ici récolté 1500 signatures. Elle sera ouverte jusqu’à la fin mai et elle sera par la suite déposée en Chambre.

Mais bon, 1500 signatures sur 35 millions de Canadiens correspondent à environ 0,004 % de la population totale au pays. Si ça reste comme ça, les mauvais élus pourront continuer à ne pas tenir leurs promesses la tête tranquille.

Vous la trouverez ici.

La Zone PolCan est un rapport quotidien sur l’actualité fédérale, racontée à notre manière. C’est pour nous l’occasion de vous faire vivre la politique autrement.