/opinion/blogs
Navigation

Cartel de l’alimentation: collusion et paradis fiscaux

cartel du pain

Coup d'oeil sur cet article

La légende de la concurrence avec ses bas prix

Le patronat, ses centres de recherche privés (comme le C.D. Howe Institute, le Conference Board, le Fraser Institute, l’Institut économique de Montréal, etc.), ses élus au Parti libéral du Québec et au Parti conservateur du Canada et ses universitaires entretenus, comme certains aux Hautes études commerciales, n’ont de cesse de nous dire que la solution à tous nos problèmes sont les vigoureux et ingénieux gens d’affaires qui vont faire baisser les prix des biens et services grâce à une vive et féroce concurrence. Ça, c’est de la bouillie pour les chats. Ah oui, ils disent aussi que si tout est privé, il n’y aura plus de corruption ou si peu, et qu’il n’y aura plus de pauvreté si on s’en remet à la charité privée.

Oui, il est vrai que dans certains secteurs d’activités, il y a une véritable concurrence, comme dans les domaines des fabricants d’automobiles, la restauration et les petits plombiers, menuisiers, électriciens, coiffeurs, etc. Mais dans plusieurs secteurs, oubliez la concurrence et faisons alors place aux prix élevés, à la corruption, aux paradis fiscaux comme dans l’alimentation au détail, les banques, les ferroviaires (CN-CP), le transport aérien, les pharmaceutiques, les pétrolières, les cartes de crédit, les firmes de génie, les gros contracteurs, etc. Sans oublier, évidemment, les ponts, les autoroutes, les aéroports, les aqueducs, les éoliennes très privées.

Fixation du prix du pain et...

Que vois-je comme titre d’article du Devoir du 20 décembre 2017: « Fixation des prix du pain. George Weston et Loblaw (Provigo) disent avoir apporté des modifications ». Même si l’entente entre ces concurrents dans les domaines de la boulangerie et de l’alimentation au détail était de mise depuis 2001, ils viennent supposément tout juste de s’en apercevoir au moment même où le Bureau de la concurrence s’est mis le nez dans ce dossier. Drôle de coïncidence, tout de même. Des modifications seront apportées que les dirigeants proclament. Faites-moi rire. Cette collusion n’est pas surprenante quand on constate qu’au Canada, les secteurs de la boulangerie (Weston et Canada Bread) et l’alimentation au détail (Loblaw-Provigo, IGA-Sobeys, Métro) sont largement dominés par ces quelques gros acteurs. En passant, George Weston est la compagnie mère de Loblaw et Provigo.

Bon, j’espère que vous êtes assez éveillés pour penser que la fixation des prix ne concerne pas que le prix du pain dans le domaine de l’alimentation au détail? Bah, dans ce beau pays démocratique, la collusion, la corruption et les paradis fiscaux sont choses courantes et même normales pour certains: « Consommation: la fixation des prix serait chose courante. Les compagnies en retirent des bénéfices sans encourir de grands risques, selon des experts » (Le Devoir, 22 décembre 2017). Donc, on floue les consommateurs en toute liberté et sans réel risque grâce à la complicité tacite des élus.

Le monopole frappe aussi ses fournisseurs

Avec ses gros sabots, Loblaw n’impose pas seulement ses prix gonflés et « fixés » aux consommateurs, mais aussi à tous ses fournisseurs, surtout les petits et les moyens, à qui il demande sans cesse de baisser leurs prix sinon c’est la porte. À qui ces petits fournisseurs peuvent-ils vendre dans ce cas? Aux deux autres firmes d’alimentation qui ont les mêmes tactiques hégémoniques? Bien souvent, ces petits et moyens fournisseurs captifs de l’oligopole n’ont d’autres choix que de réduire leurs prix sinon c’est la faillite: « Loblaw serre la vis à ses fournisseurs. Il leur impose de nouveaux frais d’approvisionnement » (Le Journal de Montréal, 7 novembre 2017). De la racaille que je vous dis.

En économie, une situation où il y a un seul acheteur ou très peu et plusieurs vendeurs, on appelle ça un monopsone ou un oligopsone à rapprocher à un monopole ou à un oligopole lorsque l’on est en présence d’un seul vendeur et de plusieurs acheteurs. Et bien, Loblaw-Provigo, Métro et IGA-Sobeys sont à la fois des oligopoles et des oligopsones. C’est fort, c’est Ford comme dit le prophète.

Loblaw, la Barbarde et les paradis fiscaux

Imaginez-vous donc que Loblaw-Provigo a aussi créé une banque d’affaires à la Barbade sous le nom de Glenhuron Bank afin d’y transférer tout doucement des revenus et de ne pas payer d’impôts sur les prix « fixés » du pain et d’autres affaires. Et voilà que cette respectable compagnie, en plus d’avoir le Bureau de la concurrence dans les pattes, se retrouve maintenant avec l’Agence du revenu du Canada (ARC) sur le dos: « Évasion fiscale. Une dispute entre Loblaw et l’ARC pourrait coûter 404 millions à l’épicier » (Le Devoir, 18 janvier 2018). Bah, l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux et ici même au Canada, tout le gratin économique le fait, fais-le donc toi aussi que disait l’autre poète. Comme d’habitude, les grosses compagnies vont s’en tirer à l’amiable avec ces deux organismes gouvernementaux, peut-être avec une petite pénalité pour sauver la face. Loblaw, c’est tout de même pas le commun des mortels.

Abolir la gestion de l’offre pour baisser les prix?

L’Institut économique de Montréal (IEDM) et d’autres du même genre militent depuis toujours pour abolir la gestion de l’offre dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage qui permet aux producteurs québécois et canadiens de se protéger contre l’envahissement de produits américains tout aussi subventionnés que les nôtres. Ça ferait supposément baisser les prix de l’alimentation au détail au Québec et au Canada selon une autre de leurs nombreuses légendes. Si les gros détaillants s’entendent entre eux depuis plusieurs années pour « fixer » le prix de certaines denrées alimentaires, là, comme par enchantement, ils transféreraient les économies réalisées sur les produits importés des États-Unis aux consommateurs. Voyons donc, ces profits additionnels prendraient plutôt la direction des paradis fiscaux et s’en iraient dans les poches des actionnaires.

Bon voilà, encore une fois que certains me crient des noms et me traitent de communiste. Calmez-vous le pompon, camarades. La firme internationale d’experts-comptables PricewaterhouseCoopers (PWC) pense exactement comme moi. Ça vous surprend? « Il est peu probable que cette ouverture des marchés (abolition de la gestion de l’offre) procure une baisse des prix pour les consommateurs canadiens étant donné la concentration des détaillants au Canada » (Le Journal de Montréal, 20 janvier 2018).

Baisse et hausse d’impôts: deux versions différentes

En 2000, le taux d’impôt sur le revenu fédéral des compagnies était de 28 %. Il est maintenant rendu à 15 %, un des plus bas en Occident et dans le monde industrialisé. Ah ben, le prix des produits et services des entreprises canadiennes n’a jamais baissé. Vous autres, avez-vous constaté une diminution des prix suite à cette baisse importante d’impôts décrétée par le gouvernement fédéral? Ne perdez pas votre temps à chercher, il n’y en a pas eu. Ces grosses baisses d’impôts se sont retrouvées dans les paradis fiscaux et le gros cochon très glouton des actionnaires et des dirigeants.

Par contre, si le gouvernement pense à augmenter l’impôt des compagnies, là c’est pas pareil pantoute. Dans le cas d’une hausse d’impôt ou de taxes envisagée par l’État, les entreprises sont alors promptes à nous avertir et à nous menacer que ces hausses d’impôts se répercuteront assurément dans le prix de leurs produits et services, mais pas quand il y a des diminutions d’impôts. Comprenez-vous quelque chose à ce phénomène?

Idem pour la valeur du dollar canadien

Si le dollar canadien baisse par rapport au dollar américain, hop les détaillants canadiens sont justifiés de hausser leurs prix, mais pas de les diminuer si le dollar canadien prend de la valeur: « Les consommateurs ne profitent pas de la force du huard » (Le Devoir, 15 mai 2011). Ça, c’était en 2010 lorsque le dollar canadien valait plus que le dollar américain.