/news/provincial
Navigation

Gestion du cabinet de l'opposition: déception chez les anciens de Québec 21

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin
Photo d'archives Simon Clark Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

La gestion du cabinet de l'opposition à l'hôtel de ville déçoit des anciens du parti Québec 21 qui ont été écartés.

David Chabot se dit déçu de la tournure des événements depuis la mise en place du cabinet. «J'ai trouvé ça ordinaire comment ça s'est passé. Pendant la campagne, j'étais directeur des communications, je donnais 60 à 70 heures par semaine. Pas parce que je voulais une job après. Parce je voulais faire partie de ce qu'on a créé à l'hôtel de ville.»

Il avait convenu avec le chef, Jean-François Gosselin, qu'il pourrait continuer son travail au cabinet si le parti élisait des conseillers. «Jusqu'à la dernière minute, c'est ce que j'avais en tête. J'avais eu des discussions avec lui là-dessus.»

Mais l'arrivée dans le décor de Martin Paquet, devenu chef de cabinet, a changé la donne. «C'est lui qui m'a tassé de là. (...) C'est quelqu'un qui veut tout contrôler», affirme-t-il. «Il y a eu beaucoup d'insatisfaction parmi les anciens du parti qui ont fait la campagne. Tout le monde a eu un goût amer» au parti, dit-il, affirmant que plusieurs avaient l'impression qu'«on perdait notre esprit de famille».

M. Chabot avait d'ailleurs critiqué une sortie de Québec 21 il y a quelques jours sur un sondage Facebook qui affirmait qu'un tramway ferait augmenter le compte de taxes des citoyens de 1000 $ par année pendant 50 ans.

Mario Hudon écarté

L'ancien candidat Mario Hudon, qui a été engagé comme attaché politique au cabinet après la campagne, a été surpris de voir que son contrat n'a pas été renouvelé après le 31 décembre.

«Quand l'élection s'est terminée, j'ai eu une rencontre avec Martin Paquet et M. Marcotte et on m'a dit qu'on m'engageait jusqu'au 31 décembre et que je n'étais pas dans les plans pour le futur. Mon contrat s'est terminé le 31 décembre et à partir de ce moment-là, je ne suis pas retourné à l'hôtel de ville. Je n'ai pas reparlé à Martin Paquet. (...) Lors de la rencontre où ils m'ont dit que je n'étais pas dans les plans, je leur ai fait part de ma déception.»

Martin Paquet répond que Jean-François Gosselin lui a laissé carte blanche pour l'embauche au cabinet. «J'ai formé mon équipe. Si je n'avais pas eu carte blanche pour former mon équipe, je ne serais pas venu.»

«Il y avait 21 candidats. J'en ai cinq qui travaillent dans le cabinet. Je ne pouvais pas engager les 21. C'est sûr qu'il y en a qui sont frustrés.»

Serge Marcotte démissionne

Par ailleurs, M. Paquet a confirmé la nouvelle ébruitée par CHOI à l'effet que le conseiller politique senior Serge Marcotte quittera le cabinet le 28 février, même si son contrat s'étirait jusqu'au 31 décembre 2018.

M. Marcotte avait dirigé la campagne électorale de Québec 21. Il a été engagé au terme de la campagne pour occuper le poste de conseiller politique senior au sein du cabinet de l'opposition officielle, qui compte deux élus.

Le 1er décembre 2017, son contrat a été renouvelé pour un an.

«On a averti la Ville de Québec parce qu'il faut les aviser un mois à l'avance lorsqu'une personne quitte.» Serge Marcotte faisait partie de «l'équipe de transition» et sa date de départ n'avait pas été fixée d'avance, a expliqué M. Paquet. Ce dernier a pris des vacances jusqu'à la mi-janvier et affirme qu'il a été nécessaire de renouveler le contrat de M. Marcotte pour qu'il reste pendant cette absence.

«Il a accepté de rester plus longtemps jusqu'à ce qu'on finisse de compléter notre équipe. Et avec l'arrivée de Zoé (Couture comme directrice des communications), on a jugé qu'on était corrects comme ça.»

Pas de conflit

Sa décision n'est pas motivée par un conflit à l'interne, a précisé M. Paquet. «Moi et Serge on se connaît depuis longtemps, depuis le Parti conservateur, et on s'est toujours très bien entendu.»

M. Marcotte, qui est retraité, trouvait «lourd» l'horaire de cinq jours par semaine, indique le chef de cabinet. «Il voyait que c'était beaucoup d'ouvrage et que c'était intense.»

Serge Marcotte n'a pas répondu à notre demande d'entrevue et Jean-François Gosselin a renvoyé nos questions à Martin Paquet.