/news/health
Navigation

La RAMQ refuse de payer les traitements d’une maladie génétique rare

La députée péquiste Agnès Maltais déplore que la RAMQ ne couvre pas les traitements pour l'amélogenèse imparfaite.
Photo Agence QMI, PASCAL DUGAS BOURDON La députée péquiste Agnès Maltais déplore que la RAMQ ne couvre pas les traitements pour l'amélogenèse imparfaite.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Des parents dont les enfants sont aux prises avec une maladie rare des dents doivent débourser plusieurs dizaines de milliers de dollars pour des soins que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) refuse de couvrir.

L’amélogenèse imparfaite, une maladie génétique rare qui attaque l’émail des dents, ne fait pas partie des maladies dont les soins sont remboursés par la carte soleil parce qu’elle est considérée par la RAMQ comme nécessitant des soins dentaires. Or, la majorité des soins dentaires ne sont plus couverts par la Régie dès l’âge de 10 ans.

Pourtant, la maladie est souffrante. Les dents sont hypersensibles au froid et à la chaleur, certains aliments peuvent effriter les dents et les opérations nécessaires à la sauvegarde de la dentition sont complexes et douloureuses.

«On ne parle pas de traitement esthétique, de négligence ou de mauvaise hygiène dentaire, a expliqué la députée péquiste Agnès Maltais, lors d’une conférence de presse.

«C'est une maladie qui met en danger beaucoup plus que les dents, elle met en danger la santé globale des personnes qui sont atteintes. L'amélogenèse imparfaite doit avoir la même couverture de soins que n'importe quelle maladie», a ajouté Mme Maltais.

Cri du cœur d’une jeune fille

Une jeune fille de 14 ans atteinte de la maladie, Florence Mireault, est venue témoigner de son quotidien, à l’Assemblée nationale, mardi. Elle a directement interpellé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, quant au fait que ses parents doivent débourser des sommes importantes pour les traitements.

«Je peux apprendre à gérer mon stress avant les opérations et je peux m'habituer à me passer d'une grande variété d'aliments. Je peux même m'entraîner à ne pas me laisser atteindre par les remarques méchantes. Mais il y a quelque chose que je ne peux pas faire tout seule et j'ai besoin de vous, M. Barrette. Pouvez-vous m'aider à enlever le poids de la facture qui vient avec ma maladie génétique?», a-t-elle demandé avec aplomb, lors de la conférence de presse.

Par ailleurs, Mme Maltais a déposé à l’Assemblée nationale une pétition de 1202 noms qui demande à ce que la RAMQ rembourse la totalité des soins liés à la maladie, peu importe l’âge du patient.