/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas de panique!

Coup d'oeil sur cet article

MINNEAPOLIS | La défaite des Patriots au Super Bowl a semblé provoquer une forme d’hystérie, tard dimanche soir. À lire certains commentaires, c’était la fin de leur domination, la grande chute de l’empire. Et si chacun respirait un peu par le nez...

Ce qui s’est produit au Super Bowl face aux Patriots, ce n’est pas forcément la fin de l’équipe telle qu’on la connaît, mais plutôt l’effondrement lamentable d’une défensive incapable de freiner l’attaque des Eagles.

Le quart-arrière Tom Brady a été phénoménal dans la défaite, au point où il est devenu le premier de l’histoire à perdre un match malgré plus de 500 verges de gains et trois passes de touchés. C’était seulement la sixième fois dans l’histoire, saison régulière et séries confondues, qu’une telle prestation survenait. Le tout, sans le receveur Brandin Cooks pendant la majeure partie du match !

S’il avait été appuyé par n’importe quelle défensive disputant un match le moindrement potable, l’histoire du jour ne serait pas la potentielle chute des Patriots, mais la splendeur de leur quart quarantenaire.

Quelques questions

Il est vrai que le climat actuel dans les hautes sphères de l’organisation suscite plusieurs questions. Le propriétaire Robert Kraft, dans ses plus récentes entrevues, n’a même pas cherché à cacher que le trio qu’il forme avec Brady et Bill Belichick a connu récemment des épisodes houleux.

On ne le répétera jamais assez, il n’y a rien de plus normal après 18 ans de mariage. Tout dépendra de la volonté de chacun dans les semaines à venir à mettre de l’eau dans son vin.

Il est clair que le traditionnel bilan de saison risque d’amener quelques débats chauds, particulièrement entre Kraft et Belichick.

Avant et après le match, différentes rumeurs ont surgi indiquant que Belichick serait peut-être mûr pour la retraite ou un changement d’air.

Il a même été question que Brady décide qu’il en avait assez et qu’il accroche ses épaulettes. Même l’ailier rapproché Rob Gronkowski a laissé planer l’idée de réfléchir à son avenir.

Encore là, aucune question sur le futur d’un athlète ou entraîneur ne sera répondue de manière éclairée dans les instants suivant une défaite aussi émotive. Quand chacun va se ressaisir, il y a fort à parier que les gros morceaux reviendront en place pour tenter une autre conquête.

Pas de déclin

Si Brady s’est montré évasif dans ses commentaires d’après match, il a tout de même dit à une radio de Boston qu’on le reverrait sur le terrain l’an prochain. Et à la lumière de son match face aux Eagles et de la saison qu’il vient de conclure, il n’y a pas lieu de croire que sa carrière est sur la pente descendante. Le temps fera inévitablement son œuvre, mais les signes du grand déclin ne sont pas apparents. Reste à voir si son successeur sera repêché dès le mois d’avril.

Le fan-club des Patriots, plutôt que de pointer du doigt son équipe, devrait aussi se montrer bon prince et reconnaître que les Eagles méritaient pleinement la victoire.