/news/green
Navigation

Ahuntsic-Cartierville: une skieuse tombe face à face avec des coyotes

Une résidente d’Ahuntsic-Cartierville a photographié deux coyotes sur les sentiers de ski de fond du parc-nature de l’Île-de-la-Visitation le 6 février dernier.
Courtoisie Une résidente d’Ahuntsic-Cartierville a photographié deux coyotes sur les sentiers de ski de fond du parc-nature de l’Île-de-la-Visitation le 6 février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, à Montréal, a eu toute une surprise mardi en tombant face à face avec deux coyotes pendant sa randonnée de ski de fond au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation.

La femme dans la trentaine se trouvait dans les sentiers de ski de fond lorsque deux coyotes sont apparus près d’elle. L’une des deux bêtes, relate son père Marc Grenier, montrait les dents en grommelant.

«Elle a levé ses bâtons de ski de fond en grognant plus fort. Il a cessé d’être agressif. Ensuite, ils ont tourné autour d’elle et ils l’ont suivie pendant 30 minutes comme des chiens de compagnie.»

La chargée de communication à la Ville de Montréal Anik de Repentigny précise qu’il s’agit du premier signalement de la présence de coyotes dans le parc-nature.

Elle ajoute que des spécialistes en comportement de coyotes en milieu urbain ont confirmé que «le risque que le coyote représente pour la sécurité de la population est extrêmement faible. Les très rares cas recensés d’attaques impliquaient des coyotes au comportement inhabituel, nourris ou provoqués par l’homme».

Depuis mardi, des mesures ont été accentuées au parc-nature pour réduire l’attrait du site pour l’alimentation des coyotes. Les employés du parc continuent à informer et à sensibiliser ses visiteurs sur la cohabitation avec le coyote et de nouvelles affiches ont été installées à cet effet.

Des élèves sensibilisés

La fille de M. Grenier a elle-même une fille âgée de 9 ans qui fréquente l’école primaire Louis-Colin. Ses camarades du 3e cycle et elle ont suivi un atelier de sensibilisation sur la présence de coyotes en milieu urbain.

Cet atelier de 30 minutes, offert par le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE), est une initiative de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Il permet aux élèves d’apprendre à reconnaître un coyote et à se comporter en sa présence.

«Comme ces élèves parlent de ces ateliers à leurs parents, l'information se rend également à ces derniers. C'est une opération de prévention», a dit Mme de Repentigny.

L’atelier a jusqu’à maintenant été offert à 50 classes, sur un objectif de 100.