/news/society
Navigation

Des condoms chez le barbier

Des propriétaires de salons veulent sensibiliser leur clientèle aux ITSS

Quebec
Photo Stevens LeBlanc À l’occasion de la Saint-Valentin, les propriétaires de KRWN Barbershop, Jay le barbier et Maxime Bellemare, veulent sensibiliser leur clientèle aux maladies transmises sexuellement. Ainsi, jusqu’au 15 février, celle-ci pourra se procurer des préservatifs gratuitement.

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche de la Saint-Valentin, le Barbershop KRWN veut sensibiliser sa clientèle à l’augmentation des cas d’infections transmises sexuellement, spécialement chez les hommes, en offrant des préservatifs gratuitement aux hommes qui visitent ses salons.

C’est en misant sur le fait que, depuis la nuit des temps, le salon de barbier est un espace « sans tabou » que le fondateur de KRWN Maxime Bellemare a eu l’idée d’offrir des condoms à ses clients, à temps pour la fête de l’amour.

« À l’époque, c’était le barbier qui donnait les condoms aux hommes », raconte celui que l’on surnomme Max le barbier. Ainsi, des préservatifs appelés « décoiffant » seront disponibles dans les cinq succursales KRWN de Québec (Saint-Romuald, Sainte-Foy, Saint-Roch, Saint-Georges) et Montréal, jusqu’au 15 février.

« Ce n’est pas cool de se protéger »

Au travail, ce dernier a récemment constaté que de plus en plus de jeunes semblaient banaliser l’utilisation du condom lors de leurs aventures amoureuses. « En ayant des discussions avec eux [les clients], je me rends compte que ce n’est pas toujours la priorité numéro un [se protéger lors de relations sexuelles]. J’ai l’impression que ce n’est pas cool, de se protéger, de nos jours », explique celui qui vise d’abord sa clientèle, âgée principalement entre 20 et 30 ans, mais également ses employés. « Nos 32 barbiers ont en moyenne entre 18 et 25 ans, donc c’est certain que ça s’adresse aussi à eux », affirme-t-il.

Avec cette nouvelle initiative, Max le barbier espère réussir à faire passer le message « autrement ». « C’est certain que les écoles en parlent, offrent des condoms, mais je pense que si c’est nous, si c’est ton barbier qui t’en parle, ce sera différent de ton prof de mathématique qui te dit que tu peux aller te chercher un condom », estime le fondateur de l’entreprise.

ITSS en hausse chez les hommes

Selon les plus récentes statistiques de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), l’infection à chlamydia est la plus fréquente des infections transmissibles sexuellement chez les jeunes de 15 à 24 ans, et les cas déclarés augmentent de manière constante, surtout chez les hommes.

Les cas d’infection gonococcique (gonorrhée) ont également plus que doublé entre 2012 et 2016. « Cette hausse s’est accentuée en 2016 et en 2017 chez les hommes », peut-on lire.