/news/provincial
Navigation

G7: Labeaume discret sur les enjeux de sécurité

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo d'archives Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’un groupe communiste révolutionnaire promet de mettre «un brasier urbain» à Québec pendant le G7 de juin, le maire Labeaume est demeuré fort discret quant aux mesures de sécurité devant entourer cet événement d’envergure internationale.

«On s’attend à ce qu’il y ait des manifestations au G7. C’est ce que j’ai dit au maire de La Malbaie. La Malbaie va avoir le meilleur et, nous, on va avoir les manifestations», a dit le maire Labeaume mercredi, sourire aux lèvres. Selon lui, le Service de police de la Ville de Québec «travaille très étroitement avec la GRC, avec les Américains et avec tout le monde».

Au cours des derniers jours, le groupe communiste Temps libre a écrit sur son site internet que, «considérant le suicide stratégique que représente l’idée de perturber le G7 à La Malbaie, c’est à Québec que se tiendra le véritable contre-sommet, parce que c’est là que se présentent les conditions réelles d’une lutte victorieuse».

Évitant de commenter directement ces propos, Régis Labeaume n’a pas non plus voulu détailler les mesures de sécurité qui seront mises en place pour cet événement auquel prendra part le président américain Donald Trump.

La facture

La principale préoccupation du maire de Québec est de s’assurer que la facture des mesures de sécurité entourant la rencontre ne soit pas refilée à la Ville de Québec, a-t-il convenu. 

Les dirigeants des principales puissances mondiales se donneront rendez-vous les 8 et 9 juin à La Malbaie dans le cadre du G7. M. Labeaume n’a pas voulu dire si les chefs d’État et de gouvernements visiteront l’hôtel de ville de Québec à cette occasion.