/opinion/columnists
Navigation

Justin, quel homme!

Le premier ministre Justin Trudeau
Photo Simon Clark Le premier ministre Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Vendredi dernier, à Edmonton, dans l’une de ces assemblées populaires dont il est si friand (parce qu’elles lui permettent de se prendre pour Barack Obama), Justin Trudeau a dit à une jeune femme qu’il ne faut pas dire « mankind », mais « peoplekind », parce que c’est un terme plus inclusif.

Venant de Manon Massé, une telle sortie nous ferait sourire et inspirerait une bonne blague à Jean-François Lisée (« Manon s’est levée de mauvais poil », ou quelque chose comme ça).

Mais on parle ici du premier ministre du Canada.

À BAS LES HOMMES !

On est rendu là.

Non seulement il ne faut plus dire « patrimoine », mais il ne faut plus dire « humanité », car dans le mot « humanité » il y a « homme ».

Et le mot « homme », on le sait, est l’un des plus laids de la langue française.

On devrait abolir tous les mots et toutes les expressions qui font penser de près ou de loin au sexe masculin, tiens.

Père Noël, bonhomme de neige, surhomme, barbe à papa, fils à papa, Père du meuble, horloge grand-père, paternel, paternaliste, Notre Père, Saint-Père, Pères blancs, père Fouettard, de père en fils, tout le portrait de son père, gérer en bon père de famille, le petit père du peuple, le père spirituel...

L’autre jour, ma nouvelle collègue Karina Marceau disait que l’expression « belle-mère » est sexiste, parce qu’elle laisse sous-entendre que toutes les femmes sont d’horribles commères acariâtres qui se mêlent des affaires des autres.

Et « mononcle », alors ? Ce n’est pas sexiste ? Ce n’est pas discriminatoire ?

Paraît que non.

« Cruiser comme un mononcle », « blagues de mononcle », « vieux mononcle cochon »... ça, c’est correct, on peut utiliser ces expressions autant de fois qu’on le désire.

Mais « matante » et « belle-mère » ?

Hou ! Appelez la police des mœurs et arrêtez ce vilain macho, qu’on lui lave la langue avec du savon !

BABINES ET BOTTINES

Changer « droits de l’Homme » pour « droits de la personne », je n’ai aucun problème avec ça, j’utilise d’ailleurs toujours cette expression.

Mais bannir le mot « mankind » ?

Woh. Disons que c’est poussé un peu loin.

Mais Justin Trudeau est prêt à tout pour paraître cool.

Il ne recule devant aucun costume folklorique, aucune danse exotique, ni aucun néologisme politiquement correct pour montrer au monde entier que le Canada est le pays le plus ouvert et le plus progressiste de la planète.

Cela dit...

Comment s’appelle sa femme ? Sophie Grégoire ?

Non : Sophie Grégoire-Trudeau. Elle a pris le nom de son mari. Comme nos grands-mères, à l’époque où les hommes régnaient en maîtres.

Bizarre, non, pour un couple aussi moderne ?

« Faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait. »

C’est du Trudeau tout craché, ça.

Les babines vont d’un bord, les bottines vont de l’autre.

Je suis hyper féministe... mais ma femme porte mon nom de famille, comme dans les années 50.

Et après ça, ça nous fait la leçon, ça nous dit qu’il ne faut plus utiliser le mot « mankind », car c’est sexiste.

Quelle farce, ce gars.