/opinion/columnists
Navigation

La sagesse de Michelle Obama

Coup d'oeil sur cet article

Lundi soir, au Palais des congrès de Montréal, nous étions plus de 10 000 à l’attendre avec fébrilité. Dès son arrivée sur scène, Michelle Obama n’a pas déçu. L’ex-première dame des États-Unis s’est montrée inspirante, éclairante, sage, brillante, humaniste et chaleureuse. Cette femme est vraie. Ça se sent et ça s’entend.

Avec éloquence et humour, elle a beaucoup parlé de l’importance de l’éducation, du manque criant de femmes « autour des tables de pouvoir » et de la responsabilité des hommes de leur faire une plus grande place.

Devant la table d’honneur où se trouvait le premier ministre Philippe Couillard, Mme Obama a aussi parlé de politique. Quels conseils donnerait-elle à une bonne amie qui, lui a demandé l’animatrice, songerait à plonger en politique ?

À hauteur de femme

Sa réponse fut époustouflante de vérité. Michelle Obama sait parler des vraies « vraies affaires », soit le bien commun. La politique, dit-elle, doit être « votre passion. Vous ne devez pas être mené par l’inquiétude de perdre votre siège à la prochaine élection ».

Le « service public » doit être le fondement de votre engagement.

Selon Mme Obama, pour être un bon politicien ou une bonne politicienne, « vous devez surtout aimer vraiment les gens. Parce que les gens sont encore en quête de vraies connexions humaines et de cœur ».

Aimer les gens

« Ils vous regarderont, poursuit-elle, et s’ils ne sentent pas votre authenticité, ils cesseront de vous écouter. Vous devez aussi vouloir toucher les gens et les prendre dans vos bras. Si ce genre de choses ne vous rend pas heureux, alors, n’allez pas en politique ! »

M. Couillard, du haut de sa bulle de médecin comptable, a-t-il même compris l’essence de ce message ? Car si son gouvernement a perdu la confiance d’autant de Québécois, c’est bien justement parce qu’il est dénué de cœur et d’authenticité. Et que cela, avec le temps, a fini par se savoir...