/misc
Navigation

Poulamon: saviez-vous que...?

Il ne vous reste que deux semaines pour venir vous amuser à Sainte-Anne-de-la-Pérade et y attraper les réputés petits poissons des chenaux.
Photo courtoisie Il ne vous reste que deux semaines pour venir vous amuser à Sainte-Anne-de-la-Pérade et y attraper les réputés petits poissons des chenaux.

Coup d'oeil sur cet article

La saison de pêche aux petits poissons des chenaux se terminera d’ici peu, soit le 18 février.

Chaque année, depuis huit décennies, les petites morues migrent dans la rivière Sainte-Anne. Les amateurs s’entassent dans les chalets chauffés et tentent d’en attraper pour le plaisir et pour se régaler.

Je vous présente aujourd’hui certaines informations sur cette espèce qui nous rend visite chaque hiver.

À se rappeler :

  • Son nom proviendrait d’un mot d’origine micmac « ponamo » signifiant « poissons d’hiver ».
  • On l’appelle maintenant « poisson des chenaux » parce que jadis, la pêche s’effectuait entre les îles dans les trois chenaux de la rivière St-Maurice. Il a quitté cet emplacement en raison de la pollution liée à l’industrialisation de la rivière.
  • La taille moyenne du poulamon varie de 15 à 20 cm et son poids oscille entre 50 et 100 grammes.
  • Retenez que le frasil joue un rôle de protection pour les œufs lors de la reproduction.
  • Les poissons des chenaux se déplacent principalement près de la rive du fleuve afin de profiter des vitesses de courant les plus faibles.
  • Une fois rendus dans la rivière, les poissons attendent la marée montante pour faciliter la remontée vers le lieu de fraie.
  • Sa vie excède rarement 8 ans. Les géniteurs sont surtout âgés de 2 à 4 ans.
  • Il se nourrit principalement de crustacés et d’insectes. Il consomme aussi une grande quantité de ses propres œufs.
  • Les poulamons femelles ont une croissance plus rapide que les mâles. Les plus grosses peuvent pondre plus de 65 000 œufs.
  • Les jeunes et les ados vivent à l’année dans l’estuaire du Saint-Laurent, à la hauteur de l’Île-aux-Grues.
  • Cette espèce suscite beaucoup d’intérêt auprès des pêcheurs, mais aussi des chercheurs. En 1981, l’équipe de Jean-Michel Cousteau est venue étudier, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, le comportement de ces poissons et leurs habitudes.
  • Si le nombre de chalets a déjà atteint les 1 200, on en compte aujourd’hui 500 pour 18 centres de pêche. Ils sont beaucoup plus confortables et plus grands que jadis.
  • La pêche commerciale est interdite (par moratoire) depuis les années 1990.

♦ Pour en savoir davantage, composez le 418 325-2475 ou visitez le site lespetitspoissons.ca

De tout pour tous

Dans le cadre de l’Encan annuel de la Fondation de la faune du Québec, plus de 200 produits reliés aux activités de plein air seront offerts à prix d’aubaine du 12 février au 1er mars prochain. Grâce aux sommes recueillies et aux contributions des amateurs, la Fondation soutient plusieurs programmes, comme Pêche en herbe qui fait découvrir cette belle activité à la jeune relève. Soyez généreux et obtenez de bons rabais. Pour plus de détails : www.fondationdelafaune.qc.ca/encan.


Le Centre de pêche des Sportifs, situé sur la rivière des Outaouais, juste en haut du barrage de Carillon, organise encore une fois son tournoi annuel de pêche blanche pour les enfants. Cet événement, fort apprécié des jeunes de 14 ans et moins, se déroulera le 17 février prochain, de midi à 15 h. Ce pourvoyeur remettra des cadeaux à tous les participants. Téléphonez à Jacques Vadeboncoeur au 450 543-4338 pour obtenir de plus amples infos ou pour louer une cabane.


Il est assez aberrant de savoir qu’à certains endroits au Québec, comme la rivière des Outaouais, il est interdit de pêcher avec des ménés vivants, mais que de l’autre côté de la rive, non loin en Ontario, les adeptes peuvent les utiliser à leur guise pour taquiner les espèces ciblées.


Il est vraiment désagréable de choisir un leurre qu’on souhaite présenter aux poissons et de devoir retirer un vieux bout de corde attaché à ce dernier avant de le nouer. Coupez systématiquement toutes les aspérités sur vos cuillères, émerillons, harnais, etc.


♦ Je vous invite à me suivre sur Facebook à l’adresse suivante : facebook.com/lapassiondepatrickcampeau