/news/society
Navigation

Une exposition qui brise les tabous sur le viol présentée à l'Université Laval

Dans l'exposition «Que portais-tu?», on présente 15 tenues vestimentaires, des exemples de ce que portaient autant de victimes au moment d'être agressées.
Capture d'écran TVA Nouvelles Dans l'exposition «Que portais-tu?», on présente 15 tenues vestimentaires, des exemples de ce que portaient autant de victimes au moment d'être agressées.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | L'Université Laval est la première université au Québec à présenter l'exposition percutante «Que portais-tu?», une question qui est souvent posée aux victimes d'agression et de violence sexuelles.

Créée à l'Université du Kansas, l'exposition a déjà fait le tour de plusieurs établissements scolaires américains afin de déconstruire le mythe que l'habillement de la victime est la cause d'une agression.

On y présente 15 tenues vestimentaires, des exemples de ce que portaient autant de victimes au moment d'être agressées. Chaque vêtement est accompagné d'un témoignage.

Une victime raconte: «Ça m'est arrivé trois fois par trois personnes différentes. Chaque fois, je portais un t-shirt et un jean».

«Je portais une chemise et un pantalon kaki. Je devais faire une présentation en classe cette journée-là. On a retiré mes vêtements à l'hôpital pendant l'examen pour le viol», témoigne une autre victime.

L'exposition risque de susciter de grandes réactions à l'Université Laval, qui, en 2016, a connu une vague d'agressions sexuelles. Le procès du présumé agresseur se tiendra d'ailleurs en mars.

«Que portais-tu?» se déroule dans le cadre de la 3e campagne «Sans oui, c'est non», qui aborde la notion du consentement sexuel.

L'exposition «Que portais-tu?» se déroule au pavillon Ferdinand-Vandry et sera dévoilée au public jeudi en présence de la ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David.