/opinion/columnists
Navigation

ECR : imposture et manipulation

Coup d'oeil sur cet article

J’ai reçu un courriel d’un étudiant de secondaire cinq, dont je tairai le nom.

Le jeune homme apprécie son professeur d’Éthique et culture religieuse, mais s’insurge, exemples à l’appui, contre les biais tendancieux contenus dans le manuel du cours.

J’ai souvent écrit que ce cours – non pas tel qu’il est enseigné par le prof X ou Y, mais tel qu’il a été voulu – est une imposture motivée idéologiquement.

Endoctrinement

On part de l’idée juste selon laquelle les croyances religieuses sont un phénomène trop important pour ne pas être étudié à l’école.

Mais au lieu de l’étudier objectivement, comme on étudierait un régime politique ou un système économique, les manuels utilisés valorisent le religieux, toujours présenté de façon vertueuse, jamais examiné sous l’angle de la raison critique.

Le questionnement de la religion y est dépeint comme un manque d’ouverture, de respect, ou une atteinte aux libertés.

On ne dit rien ou presque du mal que l’on peut faire au nom de la religion.

Fondamentalement, le jeune se fait expliquer qu’il est bon de croire sans preuves et il est découragé de questionner cela, au nom du prêchi-prêcha de l’idéologie multiculturaliste.

Ici, le manuel en cause est intitulé Tête à tête, édité par les éditions Grand Duc.

Dans le paragraphe sur le débat suscité par la charte des valeurs québécoises, la seule position évoquée est celle... d’Amnistie internationale.

On souligne lourdement que cet organisme lutte pour le respect des droits humains dans le monde et voyait dans la charte une atteinte à la liberté d’expression.

C’est tout, rien d’autre, sujet clos, prochain appel.

Plus loin, on dit que la France interdit les signes religieux dans les écoles. C’est suivi de la mention qu’au Québec, faire cela serait une pratique « discriminatoire ».

Vrai, mais il y a absence de toute mise en contexte et aucune présentation du raisonnement du législateur français.

Tout ce que l’élève doit retenir est : la France « discrimine », et c’est mal ; ici, on ne fait pas cela, et c’est bien.

Ailleurs, le manuel avance qu’il y aurait quatre attitudes possibles face au phénomène religieux : ouverture, intolérance, tolérance, indifférence.

L’« ouverture », c’est « faire des accommodements raisonnables ». Lesquels ? Quand ? Rien.

L’« intolérance », c’est « manquer d’intérêt [...] » pour la religion.

L’« indifférence », c’est « être agressif et imposer son point de vue ».

Du grand n’importe quoi, et malhonnête en plus.

Lucide

Le voile, lit-on, indispose ceux attachés à l’égalité hommes-femmes. Mais c’est immédiatement suivi de : « les raisons de le porter sont multiples et personnelles ». Bref, il ne faut pas juger.

Au cas où l’étudiant n’aurait toujours pas compris, on martèle encore qu’il serait « discriminatoire de l’interdire » en raison des chartes.

Combien reste-t-il de ces jeunes qui refusent de se faire laver le cerveau ?