/entertainment/shows
Navigation

Étonnantes confidences de Quincy Jones

Quincy Jones
Photo Joël Saget / AFP Le légendaire producteur Quincy Jones, 85 ans, s’est livré à d’étonnantes confidences dans une entrevue accordée au magazine Vulture.

Coup d'oeil sur cet article

Michael Jackson a plagié, les Beatles étaient nuls : dans une entrevue accordée au magazine Vulture, plus tôt cette semaine, le légendaire producteur Quincy Jones, 85 ans, s’est livré à d’étonnantes confidences. Voici quelques une de ses affirmations.

Le plagiat de Billie Jean

Michael Jackson, un voleur de chansons ? À peine croyable. C’est pourtant ce qu’affirme Jones. Il prétend que la défunte star de la pop a « volé plusieurs chansons ». Il mentionne Billie Jean, apparemment empruntée à State of Independance, de Donna Summer. Il ajoute que MJ était avare. Son claviériste Greg Phillinganes aurait dû recevoir 10 % des crédits pour Don’t Stop ‘Til You Get Enough. Il n’a pas eu un sou.

Silence à propos de Cosby

Le vieil homme tire à boulets rouges sur bien du monde, mais quand il se fait demander de commenter les graves accusations d’agressions sexuelles contre son bon ami Bill Cosby, il se tait. « On ne peut pas parler de ça publiquement, man ».

Marlon Brando couchait avec tout le monde

Apparemment, Marlon Brando a vu défiler plusieurs stars sous ses draps. Selon Jones, il aurait eu des liaisons avec l’écrivain James Baldwin, l’humoriste Richard Pryor et le chanteur Marvin Gaye. La veuve de Pryor a depuis confirmé ses dires.

Les Beatles : de piètres musiciens

« Ils étaient les pires musiciens du monde. » Quincy Jones ne mâche pas ses mots lorsque le journaliste lui demande ce qu’il pensait des Beatles à leurs débuts. « Paul était le pire bassiste que j’avais jamais entendu. Et Ringo ? N’en parlons même pas. » Mais Jones en parle quand même. Il ne tenait pas ses talents de batteur en haute estime. « Chic type, cependant », admet-il.

U2 n’est plus ce qu’il était

Il est de bon ton de dénigrer la musique que U2 a créée au cours des deux dernières décennies. Mais quand la critique négative vient de Quincy Jones, ça fesse plus fort. « J’aime Bono de tout mon cœur, mais il y a trop de pression sur le groupe ».