/news/provincial
Navigation

Hébergement touristique: la Ville de Québec veut prendre le pouls de la population

Le meilleur de Quebec en hiver diff�rente beauty shot de la ville de Quebec
Photo d'archives Daniel Mallard La Ville de Québec organisera dans les prochaines semaines une série de consultations sur l'hébergement touristique.

Coup d'oeil sur cet article

Devant la popularité grandissante des sites de location en ligne de type Airbnb, la Ville de Québec organisera dans les prochaines semaines une série de consultations publiques pour prendre le pouls de la population concernant l’hébergement touristique.

Le résultat de ces consultations permettra d’alimenter la réflexion du groupe de travail qui se penche depuis septembre 2017 sur cet enjeu.

« L’encadrement de l’hébergement touristique est important pour nous, puisqu’il est primordial que Québec demeure une destination accueillante pour les visiteurs, tout en conservant la qualité de vie de ses résidents », a soutenu jeudi par voie de communiqué de presse la vice-présidente du comité exécutif, Marie-Josée Savard.

6000 $

Les consultations auront lieu au club social Victoria, le 21 mars (à 19 h) et le 22 mars (9 h, 14 h et 19 h). Juste avant, le 28 février et le 1er mars, deux conseils de quartier organiseront des ateliers pour préparer les interventions citoyennes.

Selon un sommaire décisionnel rendu public jeudi, le coût d’organisation est de 6000 $, soit 2500 $ pour les ateliers des conseils de quartier et 3500 $ pour les consultations publiques.

« Vaste parc Airbnb »

À Québec, un moratoire est en vigueur pour empêcher l’ajout de résidences touristiques. Les conditions de ce moratoire ont été assouplies au cours des dernières semaines.

Durant la dernière campagne électorale municipale, le maire Labeaume a répété qu’il voulait ramener 500 résidents permanents dans le Vieux-Québec.

« On n’a pas voté un moratoire (pour interdire toute nouvelle résidence de tourisme) pour rien, disait-il. Au rythme où ça allait, le Vieux-Québec intra-muros devenait un vaste parc Airbnb. Ça ne peut pas être ça. Ce n’est pas ce que le monde veut. »