/entertainment/music
Navigation

La loterie Elton John

Impossible d’avoir une paire de billets 21 secondes après la mise en vente au public

US-60TH-ANNUAL-GRAMMY-AWARDS---REHEARSALS---DAY-1
AFP Elton John a donné un avant-goût de sa tournée d’adieu lors des Grammy Awards.

Coup d'oeil sur cet article

Julie Carrière est une fan d’Elton John. Dans la jeune trentaine, elle n’avait encore jamais vu son idole en concert. Alors, quand elle a su que sa tournée d’adieu passait par le Centre Bell, en octobre, elle n’a pris aucune chance. Vendredi matin, 15 minutes avant le début de la vente des billets au public, une alarme a sonné pour lui rappeler de brancher trois appareils à la billetterie d’evenko.

Ses espoirs s’étaient déjà évanouis 21 secondes après le début de la mise en vente, a-t-elle raconté dans un courriel expédié au Journal.

Vous allez dire que 21 secondes, c’est exagéré, qu’il a sûrement fallu au moins quelques minutes avant de se buter le nez à l’impossibilité d’acheter une paire de billets.

De quoi se fâcher

Non, non, c’est bel et bien 21 secondes, m’a-t-elle répété quand je l’ai contactée. « J’ai essayé dans toutes les sections, rien à faire. »

Comme bien d’autres fans de la star qui ont exprimé leur dépit sur les réseaux sociaux depuis vendredi, Julie se demande combien de billets étaient réellement disponibles, vendredi matin, à 10 h, après plusieurs jours de préventes de toutes sortes pour les détenteurs de cartes American Express (le commanditaire de la tournée), le fan-club du chanteur, etc.

La réponse, vous ne l’aurez pas. Dans le milieu du spectacle, on se garde bien d’éventer cette information. Mais pour les fans frustrés, ça donne vaguement le sentiment que cette vente de billets s’était transformée en une loterie Elton John.

« Ce qui me fâche, c’est la promotion intense faite par evenko, dit Julie. Si tu n’as plus de billets pour les gens normaux, n’en fais pas. C’est rire du monde. »

La colère des gens normaux est légitime. Surtout lorsque leur seule option pour obtenir les places convoitées est de payer le gros prix sur les sites de revente comme Stubhub ou Vivid Seats.

Les revendeurs en ont

Apparemment, eux, ils n’ont pas de problème à obtenir des billets. Mercredi matin, Stubhub proposait 1365 billets pour le concert d’Elton John au Centre Vidéotron de Québec, où un record de vitesse a aussi été établi lors de la mise en vente de vendredi. Il y en avait 1234 pour celui de Montréal.

Les tarifs ? Rien en bas de 150 $. Presque le triple de la place la moins chère affichée dans les billetteries officielles. De la spéculation qui ne s’embarrasse d’aucun scrupule et qui enrage et décourage les fans comme Julie.

« Je ne peux pas me permettre de payer 900 $ pour deux billets », se désole-t-elle.

À ce prix-là, elle n’est certainement pas la seule admiratrice d’Elton qui ne pourra lui dire adieu, l’automne prochain.

La liste de la semaine

Les nouveautés

 

 

 

 

Nos suggestions

 

 

Super Lynx Deluxe/Galaxie

La bande d’Olivier Langevin n’a pas vraiment changé. Super Lynx Deluxe est un capharnaüm sonore où les textes ne sont que toile de fond à un déchaînement de guitares baveuses et de percussions bien assorties. Ça sent parfois l’autoréférence (Magie magie, par exemple, sort du même moule que Dragon, l’un des singles du précédent album Zulu), mais c’est hautement efficace.

Blood/Rhye

Courant musical très en vogue dans les années 1990 et 2000, le downtempo piétine, mais demeure vivant grâce à quelques créateurs doués. Parmi eux, le Torontois Mike Milosh, et son projet Rhye, de retour avec un second album toujours empreint de douceur et de sensualité. Idéal pour accompagner un souper d’amoureux.