/opinion/columnists
Navigation

Le «power trip» de Luc Ferrandez

Belvédère Camillien-Houde
Le Belvédère Camillien-Houde

Coup d'oeil sur cet article

C’était une crainte bien réelle.

Avec l’élection de Valérie Plante à la mairie de Montréal, il était prévisible que Luc Ferrandez, un de ses lieutenants dans Projet Montréal et l’indéfinissable maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, prenne du galon. Il fut donc nommé responsable des grands parcs.

Comme quoi, malgré les soubresauts des débuts de Mme Plante comme mairesse, avec le meilleur que demeure son élection à la mairie vient aussi du pire...

Désolée pour l’expression anglaise dans le titre, mais elle dit ce qu'elle a à dire.

Je parle ici de l’idée absurde de M. Ferrandez d’interdire aux voitures de traverser le Mont-Royal de bout en bout en prenant la bucolique voie Camillien-Houde par le biais de ce que ma collègue Lise Ravary, qualifie de «projet-pilote radical». En fait, c'est le «transit» de la montagne qui sera interdit aux voitures.

Le tout, nous dit-on, pour protéger les cyclistes des dangereux conducteurs de voitures puisqu’il y a eu le décès tragique du jeune Clément Ouimet, frappé par une voiture dont le conducteur avait fait un demi-tour illégal.

Or, des cyclistes happés par des voitures, il y en a eu malheureusement sur d’autres rues, boulevards et avenues.Et tout aussi malheureusement, il y en aura encore. On n'interdit pas pour autant toutes ces rues aux automobiles.

Pis encore, si Luc Ferrandez persiste et signe – et que Valérie Plante le laisse faire -, ce sont des milliers de voitures qui, quotidiennement, empruntent Camillien-Houde pour traverser d’est en ouest ou d’ouest en est qui, alors qu'elles évitaient les embouteillages au centre-ville, se retrouveront à congestionner encore plus le même centre-ville de Montréal. Et ce faisant, à POLLUER l’atmosphère encore plus. Cherchez l'erreur.

Ces voitures traversent pourtant le Mont-Royal sans causer d’embouteillages. Il y aussi les accès aux cimetières qui s’en trouveraient réduits ou complexifiés.

De fait, Luc Ferrandez ne changera jamais. Sa hargne pour les voitures et ceux et celles qui en conduisent le rend parfois complètement irrationnel.

Sur le Plateau Mont-Royal, certains de ses changements ahurissants de «sens de rues» ont fini par créer des bouchons de circulation polluants là où il n’y en avait pas auparavant. Bravo champion.

Et avant que l’on ne me traite de «grande bourgeoise qui veut juste parquer son char» - comme certains des disciples de M. Ferrandez l’ont fait dans le passé pour m’insulter -, imaginez-vous donc que je n’ai PAS d’auto.

Et ce, pour une excellente raison : je n’ai JAMAIS appris à conduire. Urbaine pure et dure de naissance, je n’en ai tout simplement jamais vu la nécessité.

Mon statut perpétuel de piétonne ne m’empêche pas néanmoins de dénoncer l’automobilophobie de Luc Ferrandez lorsque cela produit des décisions aberrantes qui causent plus de problèmes qu’elles n’en règlent.

Traverser le Mont-Royal par Camillien-Houde devrait demeurer une activité accessible AUSSI aux automobilistes.

La mort de Clément Ouimet était tragique, comme toute mort gratuite, mais elle ne justifie en rien qu’un élu, par entêtement idéologique, en prenne prétexte pour punir des milliers d’automobilistes. Lesquels, dans les faits, n’ont rien fait de mal. Bien au contraire, d’ailleurs. En empruntant Camillien-Houde, ils aident à alléger la congestion au centre-ville sans mettre pour autant en danger l'intégrité qu'est le joyau du Mont-Royal.

Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?...