/news/politics
Navigation

Lisée peu convaincu qu’un troisième lien soit «opportun»

Le chef péquiste dit toutefois avoir un «préjugé favorable» pour le projet de tramway

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo Pascal Huot Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée « doute » fortement que le projet du troisième lien soit « opportun » à Québec. S’il estime que le projet de tramway semble, lui, pertinent pour la capitale, il ne le réaliserait pas « coûte que coûte » si le Parti québécois (PQ) formait le prochain gouvernement.

« Est-ce qu’on a besoin du troisième lien? Moi, j’en doute, mais j’aime ça rendre des décisions à partir des faits et des études », a déclaré le chef péquiste lors d’un discours prononcé jeudi soir devant une soixantaine de militants réunis au centre communautaire Ferland de Limoilou pour l’assemblée générale du PQ de Jean-Lesage.

Jean-François Lisée a dit vouloir attendre les conclusions du bureau de projet qui doit évaluer si la réalisation d’un troisième lien est une solution aux problèmes de congestion à Québec.

Il serait « surpris »

« Moi, je serais surpris que ce soit oui [que ce soit opportun], mais je ne suis pas un expert de la mobilité, fait que je vais attendre l’étude d’opportunité », a-t-il insisté.

« Pis si on est ben surpris, pis qu’ils nous disent que c’est extrêmement opportun, pis que ça va embellir la congestion, ben on va dire : “Coup donc, allons-y” », a-t-il affirmé, décriant au passage les positions de Philippe Couillard et de François Legault dans ce dossier, qui n’ont pas, selon lui, « cette attitude respectueuse des faits ».

Le chef péquiste a enchaîné en abordant le sujet du projet de tramway maintenant privilégié par l’administration Labeaume comme projet de transport structurant pour la capitale nationale.

« Plutôt pour »

« Sur le tramway, on est plutôt pour, mais de la même façon, je ne dirais pas : ”On va avoir un tramway coûte que coûte, n’importe lequel, ce que Régis va demander, je vais signer”... Non. On va avoir une gestion prudente et sérieuse des fonds publics et on veut avoir un bon rapport qualité-prix à tout ce qu’on fait, même quand on est pour », a-t-il lancé dans un discours d’une quarantaine de minutes qui visait à motiver les troupes à quelques mois du scrutin général.

Questionné par une militante inquiète de la facture d’un tramway, Jean-François Lisée s’est montré prudent.

« C’est pour ça que je dis à mon ami Régis, moi, j’ai un préjugé favorable, mais je veux voir les études », a-t-il répondu, faisant ensuite allusion au projet de monorail entre Québec et Montréal.

« C’est la même chose pour le monorail, quand on sera au gouvernement, on fera une étude de faisabilité pour savoir si ça marche », a-t-il glissé.

Le « bon sens »

Sa position sur le troisième lien pourrait-elle nuire au PQ dans la région de Québec lors de la prochaine élection?

« Non, parce que je fais confiance à l’intelligence des électeurs de Québec, contrairement à M. Legault et à M. Couillard qui pensent que les électeurs de Québec, si on leur fait miroiter des milliards de dollars, ils vont dire oui, a-t-il soutenu en impromptu de presse. Je pense que je suis au diapason du bon sens des gens de Québec. »