/news/politics
Navigation

Plus dur de faire passer un pipeline

Le gouvernement de Justin Trudeau dit remplir sa promesse d’équilibrer l’environnement et l’économie

La ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, a annoncé jeudi une série de nouvelles règles pour l’évaluation des grands projets.
Photo Boris Proulx La ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, a annoncé jeudi une série de nouvelles règles pour l’évaluation des grands projets.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Il sera beaucoup plus difficile de construire d’autres pipelines avec la nouvelle façon d’évaluer les grands projets annoncée par le fédéral jeudi, alarment leurs défenseurs et se félicitent les environnementalistes.

« J’ai parlé aux leaders de l’industrie, et ils m’ont dit qu’il sera impossible de construire tout nouveau pipeline », s’inquiète Jason Kenney, chef progressiste-conservateur de l'Alberta de passage dans la capitale fédérale jeudi.

Il réagissait à l’annonce de la ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, d’une série de nouvelles règles auxquelles devront se soumettre les compagnies désireuses de lancer de nouveaux grands projets.

Même si un nouvel organisme sera chargé d’en évaluer tous les impacts en se basant sur la science et les connaissances autochtones, la ministre conservera le droit de donner le feu vert, ou non, aux travaux les plus épineux.

« Des projets comme Énergie Est, dans un nouveau processus qui est basé sur la science, ne devraient pas permettre de nouveaux pipelines », confirme Sidney Ribaux, cofondateur et directeur général d’Équiterre.

Pour le Parti conservateur, le fait que la ministre se garde le pouvoir de refuser n’importe quel projet apportera de l’incertitude, « la pire chose pour un investisseur », selon Gérard Deltell.

Alexandre Boulerice, du NPD, parle « d’un pas dans la bonne direction » qui arrive, d’après lui, trop tard.

Par exemple, le projet de pipeline controversé Kinder Morgan ne sera pas revu selon ces nouveaux critères, ce que critiquent aussi les groupes environnementalistes.

Nouvelles règles en bref

Protection accrue pour les poissons

Tous les cours d’eau qui sont une « voie navigable » ainsi que leur vie marine seront mieux protégés, promet la ministre McKenna. Elle a reconnu que les plus petits projets ne seront pas soumis à l’examen. « Pour la construction d’un petit quai, je ne pense pas que les Canadiens veulent un long processus bureaucratique. »


Les connaissances autochtones

Le gouvernement promet de consulter tous les intervenants touchés par les grands projets, en particulier les Premières Nations. La nouvelle mouture de l’examen des impacts environnementaux devra se baser sur « la science, les données probantes et les connaissances traditionnelles autochtones ».


Une grande agence évaluera tout

Une « Agence canadienne d’évaluation des impacts » sera créée pour analyser tous les projets. Autrefois, c’était le controversé Office national de l’énergie qui devait étudier les projets de pipelines. L’organisme sera remplacé par une Régie canadienne de l’énergie, dont le futur rôle n’a pas été clairement précisé.


La guerre de l’Ouest ne sera pas réglée

Le nouveau projet de loi fédéral ne réglera en rien les conflits autour des projets existants, comme le controversé pipeline Kinder Morgan, qui doit traverser les Rocheuses de la Colombie-Britannique. Furieuse de l’objection de cette province, l’Alberta a demandé cette semaine à sa société des alcools de cesser de vendre le vin de la Colombie-Britannique.


Des consultations « plus efficaces »

L’évaluation environnementale du fédéral devra désormais se faire en même temps que celle de la province, comme le BAPE au Québec. Le processus « clarifié » s’étendra sur un maximum de 300 jours, ou 600 jours pour les plus importants projets, comme les pipelines. Les environnementalistes ont dit craindre des consultations bâclées, alors que des politiciens proches de l’industrie ont contredit cette affirmation, y voyant plutôt de nouvelles étapes et de nouveaux délais.