/sports/hockey/canadiens
Navigation

Patrick sort lentement de sa coquille

«La LNH, c’est tellement différent du junior»

SPO-HKO-HKN-PHILADELPHIA-FLYERS-V-WASHINGTON-CAPITALS
Photo AFP «La LNH, c’est tellement différent du junior. C’est beaucoup plus rapide, les joueurs sont plus gros, plus forts», dit Nolan Patrick de sa première saison avec les Flyers de Philadelphie.

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE | Pas facile de faire le saut directement des rangs juniors à la LNH. Après 44 matchs dans le grand circuit, Nolan Patrick peut en témoigner.

Deuxième choix au total lors de la dernière séance de sélection, le Manitobain commence enfin à sortir de sa coquille. À ses quatre derniers matchs, il a récolté deux buts et deux passes. Un total équivalent à ce qu’il avait accumulé au cours des 26 rencontres précédentes.

« Il m’a fallu plusieurs semaines pour développer ma confiance et me sentir à l’aise, a déclaré le joueur de centre de 19 ans. La LNH, c’est tellement différent du junior. C’est beaucoup plus rapide, les joueurs sont plus gros, plus forts. »

À la défense du jeune homme, il faut rappeler qu’il a subi une commotion cérébrale en début de saison en encaissant une mise en échec dure, mais légale de Chris Wagner, des Ducks d’Anaheim. Une blessure qui lui a fait rater neuf rencontres à la fin du mois d’octobre et au début du mois de novembre.

Cependant, n’étant pas du genre à chercher des excuses, l’ancienne vedette des Wheat Kings de Brandon refuse d’y voir une explication à son éclosion plus lente.

Des vétérans pour marquer

Dernièrement, l’entraîneur Dave Hakstol l’a promu du troisième au deuxième trio. Entre Jakub Voracek, le meilleur pointeur de l’équipe (5e dans la LNH) et Wayne Simmonds, il n’était pas question qu’il rate sa chance.

« L’entraîneur me fait davantage confiance dernièrement. De mon côté, j’ai élevé la qualité de mon jeu au cours des 10 à 15 derniers matchs. J’adore l’occasion qu’on me donne, j’ai beaucoup de plaisir à jouer avec ces deux gars-là.

« Jake est l’un des meilleurs fabricants de jeu de la ligue, alors que Wayne est excellent quand vient le temps de travailler en fond de territoire et près du filet adverse. Je ne pourrais demander mieux. »

De plus, avec la qualité des attaquants sur lesquels misent les Flyers, Patrick n’a pas à porter le fardeau de la production offensive.

« C’est sûr qu’il y a une certaine pression qui vient avec le rang de sélection, mais j’essaie de ne pas y accorder d’importance. De toute façon, il y a tellement de bons joueurs ici que je n’ai pas eu besoin de porter l’équipe sur mes épaules », a-t-il indiqué.

« Couturier, Giroux et Voracek connais-sent d’excellentes saisons. Ils sont la colonne vertébrale de notre attaque. Ce sont des joueurs de qui je peux apprendre », a-t-il conclu.