/news/provincial
Navigation

Artéfacts de Parcs Canada: Labeaume demande une exception à Ottawa

Hotel Dieu Quebec
Simon Clark/Agence QMI Régis Labeaume s’adressera au gouvernement fédéral pour que les artéfacts que possède Parcs Canada à Québec y restent plutôt que de partir à Gatineau.

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume s’adressera au gouvernement fédéral pour que les artéfacts que possède Parcs Canada à Québec y restent plutôt que de prendre le chemin de Gatineau.

Le maire de Québec a appris que la ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, avait obtenu du fédéral la permission de conserver les objets liés à son patrimoine, tel que rapporté par le quotidien Le Soleil. «Dartmouth a eu son exception, je me sens exception moi aussi», a lancé Labeaume dans un impromptu de presse, vendredi.

M. Labeaume devait porter ce message vendredi soir à la ministre Catherine McKenna, responsable de Parcs Canada. Il prévoit également en discuter avec la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, lors d’une rencontre cette fin de semaine.

Le maire de Québec a proposé, lors de la campagne électorale, de dépoussiérer les collections d’artéfacts qui dorment dans les entrepôts de plusieurs institutions de la ville pour les rassembler dans un même endroit du Vieux-Québec qui serait ouvert au public.

Les pièces appartenant à la Ville de Québec, mais aussi à l’Université Laval, au Collège François-de-Laval, au fédéral et au provincial prendraient la direction du pavillon Camille-Roy du Séminaire de Québec dans un nouvel espace de valorisation. Un projet de 10 millions $.

Sauf qu’Ottawa veut centraliser les objets lui appartenant à Gatineau où doit ouvrir en 2020 un centre national de conservation.

«Le pays est né à Québec, il ne faut jamais oublier ça», a signalé Régis Labeaume en réitérant que ces artéfacts devraient plutôt demeurer à Québec.

«L’idée, ce n’est pas seulement de conserver les artéfacts, c’est de les valoriser et de faire en sorte que ça ajoute à notre attrait touristique et patrimonial», a-t-il déclaré.

Le maire a souligné qu’un peu plus de la moitié des artéfacts de Parcs Canada proviennent de la Ville de Québec même, alors que le reste des objets ont été trouvés ailleurs dans la province. «Au minimum, ce qui vient de la Ville, on y tient», a dit Labeaume.