/finance
Navigation

Le taux de chômage descend à 3,3 % à Québec

Le taux de chômage descend à 3,3 % à Québec
Photo d'archives, Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas dans la région métropolitaine de Québec. Il atteint maintenant 3,3 %.

«C’est un creux historique», a indiqué au Journal l’économiste de Québec international, Louis Gagnon.

Selon ce dernier, depuis que les statistiques sur le taux de chômage existent pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, soit 2001, c’est du jamais vu.

En décembre 2008, le taux de chômage avait glissé sous la barre des 4 %, à 3,8 %.

L’an dernier, le taux de sans emploi a aussi connu des moments charnières en atteignant 3,8 % en août.

En décembre 2017, le taux de chômage s’était élevé à 3,9 % à Québec et à Lévis.

Le mois dernier, la région de Québec a ainsi vu 4700 nouveaux emplois se créer sur son territoire pour atteindre 452 000 travailleurs, selon les données compilées par Statistique Canada.

Au pays, l’économie de Québec se hisse de nouveau à la tête des régions métropolitaines les plus performantes avec le plus bas taux de chômage.

En janvier, Québec se classe devant Vancouver (4,1 %), Ottawa (5,2 %), Winnipeg (5,7 %), Montréal (5,8 %), Toronto (5,9 %), Edmonton (7,2 %) et Calgary (7,6 %).

5,4 % au Québec

Au Québec, le taux de chômage a légèrement augmenté pour s’établir à 5,4 % le mois dernier.

Statistique Canada rapporte une diminution de 17 000 postes au Québec.

En revanche, sur un an, l’emploi a progressé de 71 000 postes (+1,7 %) au Québec et le taux de chômage a diminué de 0,9 %.

En décembre, le taux de chômage avait atteint 4,9 % au Québec, atteignant alors son plus bas niveau depuis janvier 1976.

Le Québec reste toutefois l'une des trois provinces ayant le plus bas taux de chômage en janvier, avec la Saskatchewan (5,4 %) et la Colombie-Britannique (4,8 %).

Au Canada, le taux de chômage s’est établi à 5,9 % en janvier, en hausse de 0,1 %.

Tout comme au Québec, le travail à temps partiel a reculé (- 137 000), ce qui a poussé l’emploi à chuter de 88 000, le mois dernier.

– Avec la collaboration de l'Agence QMI