/sports/hockey
Navigation

Tournoi international pee-wee: Garth Snow fait d’une pierre deux coups

Le DG des Islanders accompagne son fils au tournoi et il en profitera pour recruter

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le directeur général des Islan­ders de New York, Garth Snow, accompagne son fils Glenn au Tournoi international de hockey pee-wee, cette semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Avec les Islanders de New York en pleine course aux séries et la date limite des transactions qui approche dans la LNH, ce n’était pas la période idéale pour Garth Snow de prendre des vacances et d’accompagner son fils Glenn au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Le directeur général a donc décidé de joindre l’utile à l’agréable !

En plus d’agir à titre d’entraîneur adjoint avec l’équipe de son fils, Snow en profitera pour remplir la portion recrutement de son job de directeur général des Islanders de New York.

« Nous possédons deux choix de première ronde ainsi que deux choix de deuxième tour au prochain repêchage. Nous désirons bien couvrir toutes les ligues, dont la LHJMQ. Mon recruteur Mario Saraceno a donc fait un horaire me permettant de voir tous les meilleurs joueurs de cette ligue lors de mon passage », a-t-il mentionné, spécifiant qu’il allait notamment assister à un match des Voltigeurs de Drummondville.

UNE PREMIÈRE FAMILIALE

Mais bon, la principale raison de la présence du directeur général des Islanders de New York est évidemment d’accompagner son fils et les petits Islanders de New York qui amorceront officiellement leur tournoi dimanche à 16 h 45 contre les Bears Jr de Hershey.

Ça fait quelques années déjà que Snow est impliqué dans le développement du hockey mineur à Long Island, mais c’est la première fois qu’il accompagne l’équipe à Québec.

« C’est une expérience extraordinaire. Je n’ai jamais eu la chance de participer à ce tournoi, mais tous les joueurs, entraîneurs ou agents à qui j’ai parlé et qui ont vécu le Tournoi pee-wee me disent à quel point c’est extraordinaire. En même temps, ça me rappelle quelques souvenirs de mon passage avec les Nordiques », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, ce passage fut plutôt bref. Après n’avoir disputé que sept matchs avec les Fleurdelisés de 1993 à 1995, il a été cédé aux Flyers juste avant que l’équipe ne devienne l’Avalanche du Colorado. Néanmoins, ce fut assez pour qu’il en garde d’excellents souvenirs.

« Je me souviens surtout de la passion des gens. En tant qu’Américain, je n’étais pas familiarisé avec la culture d’ici et j’ai pu apprécier à quel point le hockey était important. J’ai eu des hauts et des bas, car j’arrivais dans la Ligue, mais ce fut une expérience formidable. Je me souviens notamment du Château Bonne Entente, car c’est là que les joueurs rappelés demeuraient. Nous étions toujours très bien servis par le personnel. Les gens de Québec font preuve d’une très grande classe. »

SILENCE SUR TAVARES

Évidemment, impossible de ne pas essayer d’en savoir un peu plus sur le dossier John Tavares qui alimente considérablement la machine à rumeurs à un peu plus de deux semaines de la date limite des transactions.

« Je suis ici pour accompagner mon fils et c’est ce sur quoi je me concentre », a-t-il simplement répondu lorsqu’il a été interrogé à ce sujet par Le Journal.

Récemment, Snow avait mentionné au quotidien Newsday de Long Island qu’il n’avait pas l’intention d’échanger son joueur vedette qui doit devenir agent libre sans compensation le 1er juillet.