/weekend
Navigation

Les dérives de l’amérique

<b><i>Ceux d’ici</i></b><br>
Jonathan Dee, Éditions Plon, 352 pages
Photo courtoisie Ceux d’ici
Jonathan Dee, Éditions Plon, 352 pages

Coup d'oeil sur cet article

Sans revenir à fond sur les fameux événements du 11 septembre, Ceux d’ici raconte les principales dérives de l’Amérique des 15 dernières années.

S’ouvrant sur un chapitre 0, ce quatrième roman de Jonathan Dee nous plonge d’emblée dans l’esprit d’un ancien détenu new-yorkais aussi roublard que cynique. Alors que les deux tours du World Trade Center viennent de s’effondrer et que le monde entier est en état de choc, cet escroc à la petite semaine ne songe qu’à récupérer le fric qu’il a stupidement confié à un gestionnaire de portefeuille véreux. Ce faisant, il nous permettra assez vite de rencontrer Mark Firth, qui a lui aussi perdu toutes ses économies de la même façon.

Quant au reste de l’histoire, il se déroule à Howland, la petite ville du Massachusetts où Philip Hadi, un riche homme d’affaires de Wall Street, a décidé d’installer sa famille.

Nouvelle attaque terroriste?

Au lendemain des attentats du 11 septembre, les rumeurs veulent en effet qu’une nouvelle attaque terroriste se produise sous peu dans la Grosse Pomme et pour y échapper, bien des New-yorkais ont préféré aller se mettre à l’abri dans leur résidence secondaire.

Et c’est là qu’on retrouvera Mark Firth, qui gagne tant bien que mal sa vie en retapant les vieilles maisons du coin. Habitant à quelques pas seulement de la faste demeure des Hadi, il sera donc particulièrement bien placé pour décrire comment, une fois élu maire, son nouveau voisin ne tardera pas à avoir des idées parfois tout aussi délirantes que celles de l’actuel président des États-Unis.

Un bouquin presque prophétique qu’on a lu sur le bout de notre siège.

Frissons garantis

<b><i>La fille sous la glace</i></b><br>
Robert Bryndza, Éditions Belfond,
452 pages
Photo courtoisie
La fille sous la glace
Robert Bryndza, Éditions Belfond, 452 pages

Andrea Douglas-Brown est jeune, riche et particulièrement jolie. Le hic ? Elle aime aussi beaucoup s’amuser et fréquente parfois les quartiers chauds de Londres sans trop se soucier des mauvaises rencontres qu’elle pourrait y faire. Lorsque son corps sera retrouvé dans l’étang gelé du Horniman Museum, les flics du commissariat de Lewisham-Row devront donc commencer par ménager la susceptibilité de son père, un lord très puissant capable de détruire la carrière de n’importe lequel d’entre eux.

Après avoir été suspendue pendant plusieurs mois à la suite d’une opération qui a mal tourné, la Detective Chief Inspector Erika Foster remportera ainsi le gros lot : diriger cette délicate enquête qui ne tardera pas à être suivie par des centaines de journalistes, peu de meurtres impliquant habituellement la haute société londonienne.

Surprenant dénouement

Habilement construit, le premier volet de cette nouvelle série policière met en vedette une héroïne désabusée à laquelle il est difficile de ne pas s’attacher. Car aussi brillante soit-elle, on comprend rapidement qu’elle se fout totalement de ce qui peut lui arriver, la mort récente de son mari ayant laissé en elle un énorme vide. Du coup, lord ou pas, rien ne pourra l’empêcher d’explorer toutes les pistes qui lui sembleront dignes d’intérêt. Et de ce fait, elle nous offrira un surprenant dénouement !

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Pactum Salis

Olivier Bourdeaut, Éditions Finitude,
256 pages
Photo courtoisie
Olivier Bourdeaut, Éditions Finitude, 256 pages

 

Tout comme des centaines de milliers de lecteurs, on a littéralement adoré En attendant Bojangles, le précédent roman d’Olivier Bourdeaut. La barre était donc très haute et oui, on a un peu moins aimé ce second roman. Par contre, on doit avouer avoir quand même eu beaucoup de plaisir à découvrir l’étrange histoire d’amitié entre Jean, qui s’est offert un marais salant à Guérande, et Michel, un jeune agent immobilier brûlant la chandelle par les deux bouts.


Danser au bord de l’abîme

Grégoire Delacourt, aux Éditions Le livre de poche, 288 pages
Photo courtoisie
Grégoire Delacourt, aux Éditions Le livre de poche, 288 pages

 

Dans ce sixième roman, Grégoire Delacourt raconte une histoire d’amour particulièrement bouleversante : celle d’Emma, une mère de famille des environs de Lille qui n’hésitera pas à abandonner mari et enfants pour aller rejoindre l’homme dont elle s’est profondément éprise, même si elle le connaît à peine. On vous laisse le soin de découvrir la suite... en précisant toutefois qu’il vaut mieux avoir une boîte de mouchoirs à portée de main !


Cool comme Garfield

Collectif, Éditions Prisma, 174 pages
Photo courtoisie
Collectif, Éditions Prisma, 174 pages

 

Pour ceux qui aiment les chats, un livre grand format expliquant tout ce qu’il y a à savoir sur les félins : comment en prendre soin, leurs principales caractéristiques, ce qu’ils essaient de nous dire lorsqu’ils miaulent ou lorsqu’ils dirigent leurs oreilles vers l’avant, de quelle manière les éduquer, leurs jeux préférés, etc. Une lecture sympa avec Garfield pour guide !


Au menu : 40 gâteaux, 160 recettes, 2 millions de possibilités

Florence Bourqui, Éditions Mango,
176 pages
Photo courtoisie
Florence Bourqui, Éditions Mango, 176 pages

 

La formule de ce livre de recettes sort complètement des sentiers battus : les 40 gâteaux qui y sont proposés comportent tous quatre étages (biscuit ou crumble, compote ou croquant, mousse ou crème et nappage). Du coup, on pourra ensuite s’amuser à « mélanger » les étages – et les saveurs ! – pour créer nos propres gâteaux. Une bonne idée de cadeau pour la Saint-Valentin !