/misc
Navigation

Les rendements des ultrariches

Coup d'oeil sur cet article

Q. Est-ce qu’il existe des données statistiques sur la source de l’enrichissement des millionnaires et milliardaires ?

R. Étienne, de Sainte-Adèle, a 30 ans. Notre lecteur se donne 10 ans pour devenir millionnaire. Il nous a posé une excellente question. Ce n’est pas une information qui court les rues. En procédant par recoupements, on peut arriver à certaines conclusions ou observer des tendances. Par exemple, dans la liste annuelle des milliardaires de Forbes (forbes.com/billionaires/list/) on peut observer que le top 10 est occupé par Bill Gates, Warren Buffett, Jeff Bezos, Amancio Ortega, Mark Zuckerberg, Carlos Slim Helu, Larry Ellison, Charles et David Koch, et Michael Bloomberg.

Quant aux industries engendrant les plus grandes fortunes, à part la techno et les télécommunications qui sont dominantes, on trouve la pétrochimie (Frères Koch), les ventes de vêtements au détail (Zara, fondée par Ortega) et le conglomérat financier de Buffett. À noter que de nombreuses entreprises commercialisant la bière, les confiseries, le divertissement et le transport ont su créer des empires financiers. Pensons à AB-InBEV, Heineken, Ferrero, Mars, BMW, etc.

Où va leur argent ?

Selon les données d’un sondage sur la consommation financière effectué par la Réserve Fédérale américaine en 2016, la grande majorité des valeurs est immobilisée dans la résidence principale et dans les véhicules automobiles. Une portion significative est détenue dans des fonds de pension et dans des comptes d’épargne.

Pour ce qui est de ceux qui possè­dent des actifs nets supérieurs à 1 million de dollars, les valeurs investies dans la maison principale et dans l’immobilier locatif ne sont pas dominantes. Les multimillionnaires et milliardaires ne perdent pas le goût du risque. Ils placent le gros de leur patrimoine dans des intérêts commerciaux divers, comme des holdings, des sociétés en démarrage (start-ups), des solutions gérées de portefeuilles, des actions en Bourse, des obligations et des fonds. Mais, très peu d’entre eux laissent végéter leur argent dans les comptes bancaires.

L’origine des revenus des très riches est assez diversifiée. Certains obtiennent des rétributions d’une douzaine de sources. On y trouve du salaire, des honoraires, des revenus de loyers, des cachets pour des conférences, des dividendes d’entreprises, des intérêts sur placements, des gains issus de la vente d’actions ou d’immeubles, et des locations de biens en tous genres.


Gains boursiers remarquables depuis 2009 de sociétés qui ont rendu milliardaire leur fondateur

  • Microsoft:  + 486 %
  • Berkshire Hathaway:  + 311 %
  • Amazon:  + 2196 %
  • Facebook:  + 371 % (depuis 2012)
  • Apple:  + 1209 %
  • Disney:  + 562 %
  • Oracle:  + 238 %
  • Google:  + 583 %
  • BMW:  + 330 %
  • Alibaba:  + 86 % (depuis 2014)

♦ Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter des conseillers ou professionnels autorisés à ces fins par l’Autorité des marchés financiers.


♦ Question à notre investisseur? investisseurmasque@quebecormedia.com