/news/politics
Navigation

Les positions de la CAQ décortiquées

POL-CAUCUS PRÉSESSIONNEL DE LA CAQ
Photo d’archives, Sébastien St-Jean François Legault et Jean-François Roberge de la CAQ, lors du dernier caucus présessionnel du parti le 23 janvier dernier, à Sainte-Adèle.

Coup d'oeil sur cet article

Le parti de François Legault caracole en première place dans les sondages. Mais que propose vraiment la Coalition avenir Québec ? Le Journal dresse un portrait des positions exprimées jusqu’ici par François Legault.

La CAQ... à « l’extrême centre »

François Legault considère qu’il n’est pas un homme à droite de l’échiquier politique.

« Je ne vais jamais accepter ça. Je suis un homme pragmatique. Je veux investir en éducation. Je veux un gouvernement efficient. Pour moi, si c’est de l’extrême, c’est de l’extrême centre. »

– Août 2017

Réduire les taxes

C’est un mantra répété par François Legault : réduire le fardeau fiscal des contribuables. En plus des baisses d’impôts déjà annoncées par les libéraux, la CAQ propose :

Une réduction supplémentaire de la taxe scolaire de 780 M$. Il s’agit d’uniformiser la taxe au plus bas taux pour l’ensemble des régions du Québec.

Le chef caquiste affirme que d’autres annonces de baisse d’impôt suivront. Il estime que la marge de manœuvre du Québec lui permet de réduire les revenus de l’État et d’augmenter les services.

Il n’écarte pas non plus d’utiliser une partie des versements au fonds des générations pour baisser les impôts.

Une réforme du scrutin

La CAQ s’est engagée, avec le Parti québécois et Québec solidaire, à changer le mode de scrutin si elle prend le pouvoir. « C’est un engagement qu’on a pris, d’avoir un mode [proportionnel] mixte dès le premier mandat », a précisé François Legault cette semaine.

Pour un Québec fort dans un Canada uni

En 2012, François Legault s’est fait accuser par Jean Charest, en pleine campagne électorale, de préparer en cachette un référendum sur la souveraineté. « Il pourrait très bien changer d’idée, comme il est si peu fiable. Pendant 40 ans de sa vie, il a été le plus pressé des souverainistes ! Du jour au lendemain, il change », avait dit l’ancien premier ministre.

Depuis, François Legault a clarifié la position constitutionnelle de la CAQ : « Rallier autour d’un projet qui permettra au Québec d’avancer et de s’affirmer à l’intérieur du Canada ». La CAQ est « nationaliste ».

En 2016, pour dissiper tout doute, le parti adopte son article 1 :

« La CAQ est un parti nationaliste moderne dont l’objectif premier est d’assurer le développement et la prospérité de la nation québécoise à l’intérieur du Canada, tout en défendant avec fierté son autonomie, sa langue, ses valeurs et sa culture ».

La CAQ propose:

  • Obtenir plus de pouvoir avec des ententes bilatérales.
  • Déclaration de revenus unique.
  • Péréquation zéro.
  • Transfert de points d’impôt.
  • Ne pas privilégier les grandes discussions constitutionnelles.

La troisième voie

François Legault veut remplacer le Parti québécois comme force nationaliste, le parti « bleu » qui fait face aux « rouges », les libéraux.

« Il y a des ressemblances [avec l’Union nationale], mais on ne va pas retourner dans la Grande Noirceur. Il y a des sujets avec lesquels on n’est pas d’accord, mais de dire qu’on va s’approprier plus de pouvoir, qu’on va être indépendant économiquement, ça reste encore bon aujourd’hui », disait le chef caquiste en 2014.

Santé

Changer le mode de rémunération des médecins pour aller vers un système par patient : une rémunération basée sur le volume de patients pris en charge, plutôt que sur le nombre d’actes posés.

  • Désincorporation des médecins.
  • Doubler le budget des repas dans les CHSLD.
  • Pas plus de privé.

Le cerveau de la CAQ en santé est le Dr Lionel Carmant, neurologue à l’hôpital Sainte-Justine (photo). En janvier, il a défendu le réseau public.

D<sup>r</sup> Lionel Carmant, <i>neurologue</i>
Photo Chantal Poirier
Dr Lionel Carmant, neurologue

« L’important, c’est l’universalité des soins. [...] Je ne veux pas plus de privé. Notre [système de santé] public est un joyau du Québec. »

Immigration

  • Réduction des seuils d’immigration de 50 000 à 40 000 par année.
  • Test des valeurs pour les nouveaux arrivants.

La revanche des berceaux

Préserver l’identité québécoise par une hausse de la natalité en donnant un montant récurrent aux parents pour les deuxièmes et troisièmes enfants. Les sommes exactes n’ont pas été précisées.

Transport

À Québec, François Legault promet la réalisation du troisième lien.

Pour lier Québec et Montréal, la CAQ appuie le projet de train à grande fréquence sur la Rive-Nord.

Commerce en ligne

La CAQ n’a pas encore de position sur le commerce en ligne. Plutôt que de taxer Netflix, François Legault songe à éliminer la TVQ, tant sur les produits en ligne que dans les commerces du Québec pour certaines catégories de marchandises.

Un new deal pour les régions

À l’automne 2014, François Legault, en pleine tentative de séduction des régions du Québec, a proposé un new deal : l’injection massive de capitaux publics avec Investissement Québec pour relancer et diversifier l’économie des régions.

Des barrages, mais dans 10 ans

En 2016, François Legault avait promis la baie James du 21e siècle, un projet qui créerait « des milliers d’emplois payants » en relançant la construction d’ouvrages hydroélectriques. Ce projet n’aura pas lieu avant près d’une décennie, a-t-il admis en 2018.

Éducation

  • Transformer les commissions scolaires en centres de service.
  • La maternelle 4 ans offerte gratuitement partout au Québec, mais pas obligatoire.
  • Stratégie de dépistage et d’intervention précoces des problèmes de neuro-développement chez tous les enfants du Québec.
  • Songe à augmenter le salaire des enseignants.
  • École obligatoire jusqu’à 18 ans, ou l’obtention d’un diplôme.