/finance/news
Navigation

Le coût caché des frais de gestion de vos placements

Le coût caché des frais de gestion de vos placements
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La popularité des fonds négociés en bourse ne se dément pas. Au Canada, en 2017, les actifs sous administration des FNB ont bondi de +29 %.

Derrière ce succès, une offensive publicitaire tous azimuts des financières vantant leurs faibles frais. Mais il y a un revers à la médaille. Qui dit réduction de coût dit également réduction de services. Ça ne se fait pas sans dommage.

Les fonds à faibles frais sont dans notre paysage depuis plus de 20 ans. On pourrait croire que depuis ce temps, les investisseurs obtiennent de bien meilleurs rendements, mais ce n’est pas le cas. Morgan Stanley a évalué que de 1997 à 2017, l’investisseur a obtenu un rendement annuel moyen de seulement 2,3 %, à peine 0,2 % de plus que l’inflation.

Mais si les frais diminuent, pourquoi les investisseurs n’obtiennent-ils pas plus d’argent dans leurs poches ? Simplement parce que les frais ne représentent qu’une des dizaines de composantes significatives qui se répercutent à long terme sur la richesse des familles.

300 000 $ de plus dans vos poches

Matt Fellowes, ancien chef de l’innovation chez Morningstar, vient de publier une recherche approfondie (The Efficient Investor) sur l’impact des frais financiers. Fellowes a scruté 1000 situations types et 26 000 séquences de rendements aléatoires. Il a cherché à savoir si une réduction de frais de gestion de -1 % par an est préférable à une planification financière globale. Les résultats sont déconcertants.

Au cours d’une vie, choisir ses produits de placement uniquement en fonction d’une réduction des frais entraînera une économie d’environ 40 583 $. Par contre, une planification intégrale fera économiser en moyenne 340 098 $.

L’étude démontre que négliger la gestion fiscale des investissements, les particularités des assurances maladie, la gestion des risques, le rééquilibrage entre classes d’actifs, le décaissement des épargnes, la sélection minutieuse des produits, la coordination avec les régimes de retraite publics et privés, la planification des crédits d’impôt, du fractionnement de revenus entre conjoints, etc. entraîne des coûts exorbitants.

Fellowes fait ressortir un point fondamental banalisé par de nombreux investisseurs : « La planification stratégique des retraits de vos économies, et dans quel ordre vous les ferez influencera considérablement la valeur totale de votre patrimoine. » En effet, l’échelle d’imposition varie selon l’importance de la somme de nos revenus, mais également entre les différents types de produits financiers.

Conseils

  • Les frais financiers ont de l’importance, mais beaucoup moins qu’une planification intégrale du patrimoine.
  • À long terme, de bons conseils valent une fortune.
  • Les investisseurs bénéficiant de conseils stratégiques ont accumulé 124 % de plus d’actifs que ceux qui ne se soucient que des frais de gestion.
  • À partir de 50 000 $ en REER et CELI, intéressez-vous à votre planification financière.
  • L’ordre du décaissement de vos économies doit être savamment planifié.
  • Sans plan, vous pourriez perdre des centaines de milliers de dollars.